Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’extrême droite tue en plein Paris

En pleine rue, à 6 h du matin samedi 19 mars, l’ancien international argentin de rugby Federico Martín Aramburú a été assassiné de cinq balles dans le dos après une dispute de bar. Le tireur aurait également sorti un faux brassard de police selon Streetpress. Simple fait divers ? Le tireur présumé est bien connu des services de police : il s’agit de Loïk Le Priol, ancien du GUD, groupuscule fasciste connu pour sa violence. Le Priol, fondateur de la marque « Babtou Solide », a fricoté avec toute la fachosphère, et est connu pour avoir fait partie du commando qui a humilié et torturé l’ancien chef du GUD Édouard Klein. Mediapart avait révélé la vidéo de ce tabassage. Le Priol était sous contrôle judiciaire en attendant son procès, et il avait interdiction d’être à Paris, mais aussi d’entrer en contact avec la deuxième personne recherchée, Romain B., aussi membre du commando filmé. Tous deux sont en cavale au moment où nous imprimons ces lignes, tandis que la personne qui conduisait la Jeep depuis laquelle Le Priol aurait fait feu a été arrêtée samedi.

L’ex-numéro 2 de Sciences Po accusée de harcèlement

Trois ex-collaboratrices de l’association Le Choix de l’école, qui ont porté plainte contre la directrice, Nadia Marik Descoings, pour harcèlement moral en 2016, ont témoigné récemment dans Le Figaro. Les humiliations à répétition les ont marquées physiquement pendant des mois, jusqu’à ce que deux d’entre elles quittent leur poste avec un arrêt maladie, tandis que la dernière a été évincée par la direction. Au moment des faits, le président de l’association, Olivier Duhamel – accusé depuis d’agression sexuelle sur son beau-fils – ainsi que le vice-président Laurent Bigorgne – poursuivi récemment pour avoir drogué à l’ecstasy l’une de ses collègues de l’Institut Montaigne – avaient été informés de leurs plaintes mais n’avaient donné aucune suite. 

Énergie : Le retour d’Hercule

Vous avez dit renationalisation ? Le chef de l’État, en costume de candidat, a déclaré, le 17 mars, vouloir « prendre le contrôle capitalistique » des missions « régaliennes » d’EDF, groupe aujourd’hui détenu à 16 % par des capitaux privés. Traduction : au regard de la situation financière calamiteuse d’EDF et pour que le financement de six nouveaux EPR puisse se faire grâce à des emprunts publics, la branche nucléaire du groupe serait récupérée par l’État. Pendant que les activités rentables, comme les -énergies renouvelables et la distribution d’électricité, resteraient offertes au marché et soumises à la concurrence. Voilà, en d’autres termes, ressuscité le plan Hercule, gelé en juillet 2021. Emmanuel Macron devra encore convaincre la Commission européenne d’autoriser les aides publiques au nucléaire, qu’elle considère comme une activité concurrentielle. Les syndicats, eux, continuent de craindre un dépeçage d’EDF et soulignent l’absurdité du marché de l’énergie.

Travail : Le « social washing » paye

Daniel Julien, PDG du groupe de centres d’appels Teleperformance, a fait le choix apparemment audacieux d’indexer une grosse partie de sa rémunération sur des objectifs « non financiers », comme le bien-être de ses salariés. C’est le cabinet Great Place to Work qui se charge de le mesurer, à l’aide d’un sondage que le cabinet de conseil Pirc, spécialisé dans les critères sociaux et environnementaux de gestion, vient d’épingler dans un rapport : panel opaque et partiel, confidentialité nulle… Rien ne va, sauf le résultat, qui vaut à Daniel Julien une prime de 2,6 millions de dollars en 2021. La même année, Teleperformance affiche un taux de rotation du personnel de 90 %. Les seules démissions concernent 301 673 personnes, soit les trois quarts des employés du groupe dans le monde.

Terra 2 bientôt enterré ?

C’est ce qu’espèrent les écologistes opposés à ce projet de gigantesque plateforme logistique entre Albi et Toulouse, qui ravagerait 12 hectares de terres agricoles. Après des recours en justice victorieux et la menace d’implanter une ZAD, les opposants comptent désormais sur les élus, de plus en plus nombreux à demander au promoteur JMG Partners d’abandonner le projet.

Consentement en Belgique

Il fallait dépoussiérer le code pénal de 1867. C’est désormais chose faite. Le projet de réforme, présenté ce mardi, inscrit dans la loi la notion de consentement. En clair, le consentement ne peut être déduit de la seule absence de résistance, n’existe pas si l’acte sexuel résulte d’une agression ou s’il est imposé à une personne en situation de vulnérabilité, et peut être retiré à tout moment. Ce texte, poussé par « les mouvements récents comme #MeToo », offre aussi une reconnaissance et une protection aux travailleurs du sexe et allonge les peines pour viol.

Triomphe à gauche en Colombie

Le 13 mars, on votait selon un système de primaire nationale pour départager, dans chaque camp, les postulant·es à la candidature à la présidentielle du 29 mai. Le Pacte historique, qui regroupe les partis de gauche, a recueilli 50 % des votes, dont 80 % en faveur de Gustavo Petro, qui apparaît donc comme le grand favori. Bouleversement historique : la gauche, qui n’y a jamais accédé, est aux portes du pouvoir. Le 13 mars, le Pacte historique est également arrivé en tête à la chambre des députés, et deuxième coalition au Sénat.

Canicule en Antarctique

Vendredi 18 mars : – 11,8 °C. C’est le record de chaleur absolu, tous mois confondus, jamais enregistré sur le plateau antarctique. Cela représente 40 °C de plus que la température moyenne en cette période de l’année sur la dernière décennie. Alors qu’en février le continent de glace atteignait sa superficie la plus basse jamais enregistrée, le rapport du Giec prévoit que le réchauffement climatique frappera davantage les pôles.

Le PCF cible de dégradations

En une semaine, six permanences du PCF ont été dégradées à Aubervilliers, dans les XIIe et XIIIe arrondissements de Paris, à Vitry-sur-Seine, Mulhouse et Rennes, où les plus gros dégâts sont à déplorer : tags « Roussel traître du prolétariat » et « Roussel PCF direction de traîtres » sur les murs et volets, voiture vandalisée. Pour Ian Brossat, c’est « l’œuvre de gens organisés pour une opération coordonnée » venant de l’ultragauche.


Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.