Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Iran : Détenus abandonnés et impunité

Les autorités carcérales privent ouvertement de soins de santé vitaux les détenu·es malades, tout en refusant d’enquêter sur les morts en détention qui résultent d’actes illégaux et d’amener les responsables présumés à rendre des comptes. Conformément à des pratiques profondément ancrées, dénonce l’organisation Amnesty International, « dont découle une impunité systématique en Iran, les autorités continuent à refuser de diligenter la moindre enquête indépendante et transparente sur les morts en détention qui auraient été précédées d’un refus de soins, et ne font pas le nécessaire pour que les personnes soupçonnées d’être pénalement responsables soient poursuivies et sanctionnées ». Un dernier rapport de l’organisation décrit les circonstances entourant la mort en détention de 92 hommes et 4 femmes.

Hôpital : Mort faute de soins

Un homme est décédé au Nouvel Hôpital civil de Strasbourg d’une hémorragie digestive, le 17 mars, après avoir attendu douze heures aux urgences. Douze heures sans prise en charge, laissé à l’abandon sur un brancard entre deux couloirs. Dès son arrivée, le patient aurait dû être transfusé et bénéficier d’un traitement médicamenteux adéquat. Si la direction diligente une enquête interne, il apparaît clairement que la victime a payé un manque de moyens croissants au sein des établissements hospitaliers alsaciens. Manque de soignants, manque de lits et une direction qui adopte la politique de l’autruche. « Cela fait trois ans que nous travaillons dans ces conditions », a déclaré Christian Prudhomme, secrétaire général FO aux Hôpitaux universitaires de
Strasbourg.

Israël-Palestine : Le retour de la violence

Le déni de réalité ne suffira décidément pas à mettre un terme au conflit colonial israélo-palestinien. Relégué dans l’actualité, il ne cesse de ressurgir. L’armée israélienne a mené le 10 avril plusieurs opérations à Bethléem, Al-Khader et Hébron, en Cisjordanie occupée, tuant trois Palestiniens dont une femme, mère de six enfants, abattue au prétexte qu’elle paraissait « suspecte ». Cette opération faisait suite à une série d’attaques meurtrières menées par des activistes palestiniens à Tel-Aviv au cours des dernières semaines. La situation d’apartheid constatée en Cisjordanie par plusieurs ONG renforce des mouvements radicaux, comme Daech, qui n’existaient pas auparavant. Cette recrudescence de la violence intervient alors qu’une nouvelle crise couve en Israël. La coalition au pouvoir a perdu la majorité à la Knesset à la suite de la démission d’une députée proche du Premier ministre d’extrême droite, Naftali Bennett.

Présidentielle : À votre bon coeur, électeurs

Quel est le point commun entre Les Républicains et Europe Écologie-Les Verts ? Un résultat juste en dessous de 5 % (respectivement 4,6 % et 4,8 %), qui ne permet pas le remboursement de l’ensemble des frais de campagne et aboutit à un endettement au--dessus de leurs moyens financiers. Tous deux en appellent donc à la générosité populaire.

Valérie Pécresse, chantre de la valeur travail qui fustigeait hier encore « l’assistanat », s’emeut désormais d’un trou dans la caisse de 7 millions d’euros et lance un appel à dons, car « il y va de la survie des Républicains », dit-elle. Il y va aussi – et surtout ? – de la survie de son patrimoine personnel : la candidate a emprunté 5 millions en son nom. Ça tombe bien : sa fortune est évaluée à 5,2 millions d’euros. Mme Pécresse devrait aisément trouver un moyen de travailler plus pour gagner plus.

De son côté, EELV est aussi en péril : le parti doit trouver 2 millions d’euros d’ici au 15 mai. Le parti lance donc sa cagnotte, adjurant ses électeurs de donner « pour sauver l’écologie ». La formule est surprenante et exige un éclaircissement : s’agit-il de sauver un combat global, et ô combien urgent, porté par une multitude d’acteurs, ou de sauver un parti politique d’une faillite financière résultant d’une stratégie discutable ?

Mimi Reinhardt, secrétaire d’Oskar Schindler, est décédée

Mimi Reinhardt s’est éteinte en Israël à l’âge de 107 ans. Si son nom est peu connu, son acte de bravoure et d’humanité l’est, et mondialement. Secrétaire d’Oskar Schindler pendant la Seconde Guerre mondiale, elle était à l’origine de la liste écrite des quelque mille ouvriers juifs sauvés des chambres à gaz en étant employés par l’industriel allemand. Liste devenue célèbre car portée à l’écran par le réalisateur américain Steven Spielberg en 1994.

Amazon sous pression

Du 3 au 5 avril, plus de 1 200 employés ont débrayé sur l’ensemble des sites français de la plateforme d’e-commerce. Alors que les cinq syndicats du groupe (CFDT, SUD, CGT, CAT et CFE-CGC) réclament 5 % d’augmentation des salaires, la direction a proposé 3 %. Le 8 avril, des actions continuaient et les syndicats se disaient déterminés « à maintenir la pression ».

Mauvaise élève

Dans la lettre d’observation du plan stratégique national pour la prochaine Politique agricole commune (PAC), qui a fuité sur le site d’information Contexte, la Commission européenne fustige le « faible niveau d’ambition environnementale et climatique » de la France. Un revers pour le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, qui critiquait encore il y a quelques jours la stratégie européenne du « Farm to Fork » (« de la ferme à la fourchette ») permettant de verdir (un peu) la PAC et vantait le mortifère « produire plus ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.