Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


En Équateur, marche contre la vie chère

Une manifestation d’indigènes se dirige, le 27 juin, vers le palais présidentiel de Carondelet, à Quito, en Équateur. Depuis plusieurs semaines, un vaste mouvement de protestation secoue le pays contre les prix des carburants. Le président, le banquier libéral Guillermo Lasso, élu en 2021 avec une partie des voix indigènes, a décrété une réduction de 10 cents le gallon, jugée insuffisante par les manifestants.

Pantouflage : Agriculture et pesticides, le duo de choc

Éléonore Leprettre, ex-cheffe de cabinet du ministre Marc Fesneau, rejoint l’industrie phytosanitaire. Elle occupe désormais le poste de directrice de communication chez Phytéis, organisation qui rassemble les principaux fabricants de pesticides en France (Syngenta, Bayer, BASF, Corteva…). Un changement de poste validé par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, à condition qu’Éléonore Leprettre s’abstienne de toute démarche auprès du nouveau ministre de l’Agriculture, pour qui elle a travaillé à l’époque où il était en charge des relations avec le Parlement. La nomination pose question, selon l’ancienne ministre Barbara Pompili, qui s’est exprimée sur Franceinfo, vendredi 27 mai : « On aurait un lobby qui aurait une porte d’entrée proche du ministre en exercice. »

Fusillade à Oslo

Deux morts et vingt et un blessés. C’est le triste bilan de la tuerie perpétrée à Oslo dans la nuit de vendredi 24 à samedi 25 juin non loin du plus vieux bar gay du pays : le London Pub. L’auteur des tirs a été arrêté. Zaniar Matapour, 42 ans, est un Norvégien né au Kurdistan iranien, au lourd passé judiciaire, connu de la police norvégienne pour une tentative de meurtre, mais aussi des services de renseignement pour ses liens avec la mouvance islamiste. Placé en garde à vue il a pour le moment refusé de s’exprimer. La police reste dubitative sur les motivations réelles de l’homme. La dernière journée de l’Oslo Pride, semaine de festivités de la communauté LGBTQ+, prévue le lendemain, a été annulée.

Migrations : Au moins 23 morts à Melilla

C’est la tentative de passage la plus meurtrière dans l’enclave espagnole. Près de 2 000 personnes, originaires en majorité d’Afrique subsaharienne, tentaient de franchir la clôture qui sépare le Maroc de Melilla, vendredi 24 juin. Au terme d’affrontements avec les forces de l’ordre marocaines, au moins 23 d’entre elles sont mortes asphyxiées, écrasées ou en chutant lors de leur ascension, selon le dernier bilan fourni par Rabat.

Samedi, le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a jugé opportun de saluer « le travail extraordinaire » de la gendarmerie marocaine « en coordination avec les forces de sécurité espagnoles ». Des propos vivement critiqués, y compris au sein de la coalition au pouvoir. La vice-présidente du gouvernement et ministre du Travail, Yolanda DÍaz, a quant à elle demandé l’ouverture d’une enquête.

Presse : Au Point, le scoop qui fait pschitt

C’est un article du Point signé Aziz Zemouri, déjà plusieurs fois condamné pour diffamation, qui a touché cette fois le couple de députés Raquel Garrido et Alexis Corbière, tous deux accusés d’exploiter une « femme sans papiers comme bonne à tout faire », travaillant « jour et nuit », notamment pour la garde de leur plus jeune fille. Selon cet article présenté comme exclusif, le couple disposerait d’un appartement à Paris, aurait promis des papiers à cette femme de 36 ans. Or tout est faux. La direction du journal a retiré de son site l’article avant de s’expliquer : « Les vérifications complémentaires que nous avons menées nous ont révélé que des erreurs et des manquements à la prudence avaient été commis. » Et d’annoncer une « enquête pour comprendre ce qui s’est passé ». Erreurs et manquements, c’est le moins que l’on puisse dire.

Laïcité : La droite étouffe la Ligue de l’enseignement !

Grande association laïque (sinon laïcarde) d’éducation populaire, née il y a plus de 150 ans, la Ligue de l’enseignement a vu sa subvention supprimée par la région Île-de-France. Mi-mai, une épreuve d’un concours d’éloquence organisé par la région avait pour thème la laïcité. Sept candidates avaient été préparées avec du matériel fourni par la fédération parisienne de la Ligue. Mais certaines, apparemment de tradition musulmane, y ont qualifié la laïcité de « forme de dictature ». Le Point et Valeurs actuelles n’ont pas tardé à écrire sur cette « affaire ». Et Valérie Pécresse de sauter sur l’occasion pour couper ses subsides accordés à la Ligue, suivie par Renaud Muselier, en région Paca. L’association a regretté un manque d’accompagnement de ces élèves, mais a affirmé : « On peut ne pas vouloir les entendre, mais ces critiques correspondent à une partie de l’opinion et c’est notre travail de partir de là. »

Mais qui va éduquer les enfants ?

Le concours externe de recrutement de professeurs des écoles est un échec terrible en Île-de-France cette année : un poste sur trois seulement est pourvu, ce qui devrait laisser près de 2 000 classes sans enseignant à la rentrée de septembre, s’ils ne sont pas remplacés par des contractuels. Mais trouver 2 000 contractuels durant les deux mois d’été est un sacré challenge pour les académies, en plus de représenter un risque certain pour les élèves, dont les enseignants seront bien moins formés que des titulaires.

Les raisons de cette catastrophe ? Tout d’abord, la réforme du master Meef (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation), qui prépare les étudiants aux concours de l’Éducation nationale, qui a décalé en 2022 le concours de la première à la deuxième année, réduisant drastiquement le nombre de candidats. Mais aussi la non-attractivité du métier, dénoncée depuis des années par les syndicats, entre classes surchargées, manques de moyens et salaires qui ne suivent pas. Tandis que l’inflation galope en 2022, le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques a annoncé le 28 juin que le point d’indice du salaire des enseignants serait revalorisé à 3,5 %. Alors que les enseignants français sont bien moins rémunérés que la plupart de leurs collègues européens.

Quand la CAF en fait des tonnes

La Caisse nationale des allocations familiales était fière d’annoncer qu’« un allocataire sur deux est contrôlé » grâce au tout nouveau service national de la lutte contre la fraude à enjeux (SNLFE) et ses trente agents opérationnels depuis un an. Leur mission : débusquer les fraudes organisées, plus complexes que les fraudes individuelles. Pourtant, les résultats ont dû les décevoir puisque seuls 43 208 cas de fraude ont été détectés, soit à peine plus de 1 % des contrôles approfondis, pour 309 millions d’euros sur les 84 milliards versés chaque année.

Cibles télégéniques

Le reportage en zone de guerre est l’honneur du journalisme. Encore faut-il éviter de mettre en danger ses interlocuteurs. Un reportage de TF1 sur le front du Donbass aurait permis à l’armée russe de localiser les lignes ukrainiennes et de les bombarder quelques heures plus tard, faisant un mort. C’est ce qu’affirme un journaliste polonais présent sur place. Une version confirmée par un journaliste australien, qui ajoute que les militaires auraient expressément demandé le floutage de certaines images, dont celles d’une carte d’état-major apparaissant dans le reportage. De fait, le sujet, diffusé au JT le 17 juin, ne contient aucun floutage.

Retour au charbon

Fermée le 31 mars, la centrale à charbon de Saint-Avold (Moselle) pourrait reprendre du service « quelques heures, si besoin » pour que les Français puissent passer un hiver serein. Une mesure temporaire pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine et aux mises à l’arrêt de centrales nucléaires. Le gouvernement assure que cela sera provisoire. Mais, parfois, le provisoire dure plus que prévu.

Saumons volants

Une grosse société du saumon aux îles Féroé, la Bakkafrost, s’est acheté un Boeing 757 afin de faire parvenir des filets du goûteux poisson en moins de 24 heures sur les meilleures tables de Manhattan. Soit bien plus rapidement que par la voie habituelle, en bateau. Or la société se vante de réduire ainsi son empreinte carbone par la rapidité de l’acheminement de 35 tonnes par rotation. Sauf que les défenseurs de l’environnement soulignent, eux, que ce transport produit 17 fois plus de CO2 qu’en bateau…

Éducation par le travail

Dans un entretien publié dans Le Parisien le 26 juin, Pap Ndiaye, le nouveau ministre de l’Éducation nationale, dévoile sa solution au non-remplacement des professeurs absents moins de quinze jours dans les collèges et lycées. Il suffirait qu’un enseignant de français prenne les heures du professeur d’histoire-géo, par exemple, pour enseigner sa propre matière, et, à son retour, le prof d’histoire-géo rattraperait ses heures en soulageant son collègue. A-t-on déjà vu ailleurs que des salariés en congé maladie rattrapent leurs heures ?

Écœurant Bolsonaro

Le président brésilien a déclaré « inadmissible » l’avortement in fine d’une gamine de 11 ans enceinte après un viol, et parvenue à sept mois de grossesse. Car un hôpital s’était défaussé de l’intervention, renvoyant à une juge qui a interdit l’IVG puis voulu convaincre l’enfant de garder le bébé. Alors que le viol et le péril vital pour la femme sont deux circonstances autorisant pourtant l’IVG dans un Brésil où ce droit est très limité.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.