Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Irak à sec

La sécheresse ne frappe pas qu’en Europe. Au Moyen-Orient, le très grave déficit de pluviométrie enregitré dans les bassins versants de Turquie et d’Iran provoque un assèchement des rétentions d’eau du sud de l’Irak, ici à Chibayish le 28 juin, dans la cuvette de ce qui est habituellement un lac. Les débits de l’Euphrate et du Tigre n’ont pas permis cette année de maintenir le niveau normal du bassin.

Extrême droite : Prison ferme pour les anciens du GUD

Première condamnation pour les deux militants d’extrême droite, respectivement à trois et deux ans de prison ferme pour des faits qui remontent à 2015. Avec Logan Djian et deux autres prévenus, ils avaient torturé pendant de longues minutes Édouard Klein, l’ancien chef de leur organisation, le GUD. La vidéo de cet acte avait été révélée à l’époque par Mediapart. Les peines finales sont en deçà des réquisitions de la procureure, soit cinq ans de prison ferme à l’encontre de Romain Bouvier et de Logan Djian, quatre ans ferme contre Loïk Le Priol, et cinq ans dont deux ferme pour Kleber V. et Geoffrey L., les deux autres coprévenus. Loïk Le Priol avait plaidé l’« altération du discernement », en raison d’un stress post-traumatique. Le Priol et Bouvier sont actuellement poursuivis pour le meurtre du rugbyman Federico Aramburu, tué par balles à Paris en mars dernier. Ils attendront ce procès en prison.

Extrême gauche italienne : Macron veut livrer d’anciens militants

Emmanuel Macron s’acharne contre les dix personnes réclamées par l’Italie pour des « faits de terrorisme » datant des années 1970 et 1980. Et ce, alors que la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris vient de rendre un avis défavorable à la demande d’extradition. Les juges français estiment que ces anciens militants ne devaient pas être envoyés en Italie par respect du droit à la vie privée et à un procès équitable. « Ces gens-là ont été impliqués dans des crimes de sang et méritent d’être jugés sur le sol italien », a pourtant déclaré Emmanuel Macron, dans la foulée de la décision judiciaire, intervenue le 29 juin. Quelques heures plus tard, le parquet général, visiblement sous pression politique, conteste effectivement la décision de la cour d’appel devant la Cour de cassation. Le président a ainsi remis en question le pouvoir judiciaire français, en plus de démontrer sa méconnaissance du dossier : non seulement la doctrine Mitterrand concernait les Italiens accusés de crimes de sang, mais ces dix personnes ont déjà été jugées en Italie et ne bénéficieront pas d’un nouveau procès en cas d’extradition.

Emploi : Bouffée d’air pour les Luxfer

Le conseil des prud’hommes de -Clermont-Ferrand a donné raison à une quarantaine d’anciens salariés de Luxfer Gerzat. Ils contestaient leur licenciement, en mai 2019, laissant 136 personnes sur le carreau. Le groupe Luxfer Gas Cylenders avait avancé le motif économique pour justifier la fermeture de l’usine de Gerzat, seule en Europe à fabriquer des bouteilles d’oxygène haut de gamme, comme celles utilisées lors de l’épidémie de covid-19. Pour les prud’hommes, Luxfer n’a pas démontré « la nécessité de mettre en place un plan de réorganisation afin de sauvegarder sa compétitivité ». Autrement dit, le motif économique n’est pas fondé.

UE-Nouvelle-Zélande : un accord au goût amer

La présidence française de l’UE se termine sur une décision qui laissera des traces : un accord de libre-échange avec la Nouvelle-Zélande. En négociation depuis quatre ans, ce traité inquiète les agriculteurs européens qui s’interrogent sur la réciprocité des normes. Emmanuel Macron avait pourtant assuré que l’une de ses priorités serait l’instauration de clauses-miroirs, pour éviter de laisser entrer des produits ne respectant pas les standards européens. Un tel accord sans garantie ouvrirait par exemple le marché à des produits laitiers empreints d’atrazine, un herbicide interdit en Europe depuis 2003, et encore e présent dans les rivières.

Climat : Mort blanche à la Marmolada

Au moins six morts et une dizaine de blessés. Le bilan de l’effondrement du glacier de la Marmolada est effrayant. Les images montrent une cascade de neige et de roches, estimée à plus de 300 km/h, engloutissant tout sur son passage. Cette avalanche s’est déclenchée en pleine période de canicule en Italie : il faisait 10 °C au sommet du glacier. « Nous avons connu un hiver extrêmement aride, avec un déficit de précipitations de 40 à 50 %. Les conditions actuelles du glacier correspondent à la mi-août », a détaillé à l’AFP le professeur Massimo Frezzotti, du département des sciences de l’université Rome-3. Et nous ne sommes qu’au début du mois de juillet.

Une Cour suprême climatosceptique ?

Après la sanctuarisation du port d’armes et la fin du droit à l’avortement, la Cour suprême s’attaque à la lutte pour le climat. Un arrêt estime que l’Agence de protection de l’environnement (EPA) a outrepassé son rôle en régulant les émissions des centrales à charbon. Une décision qui intervient au moment où l’EPA élabore de nouvelles règles…

Négriers de croisière

Ne dites plus « esclavage », mais « relocalisation involontaire », propose un groupe de travail chargé des programmes scolaires au Texas. En 2015, une telle tentative avait rebaptisé les esclaves en « travailleurs » dans les livres scolaires. De stupéfaction, un tweetos fait des suggestions. « Fusillades de masse : élimination imprudente des munitions. Pauvreté : impuissance apprise, etc. »

Un questeur exemplaire

Élu à l’un des trois postes de questeur de l’Assemblée nationale, Éric Woerth s’est dit « ravi d’exercer cette nouvelle responsabilité en collégialité avec Marie Guévenoux [première questeur] et Éric Ciotti ». Bien que mis en examen pour « complicité de financement illégal de campagne électorale » (affaire Sarkozy-Kadhafi) et « concussion » (affaire Tapie), il supervisera la gestion administrative et financière du Palais-Bourbon.

Scribe recalé

Lancé en décembre 2015, le futur logiciel de rédaction des procédures de la police et de la gendarmerie, Scribe, est épinglé par la Cour des comptes dans un audit flash publié le 1er juillet. Absence de cadrage et de contrôle, dilution des responsabilités… Pour la Cour des comptes,
le programme, qui aura nécessité 13,28 millions d’euros de dépenses, constitue « l’exemple même d’une conduite de projet défaillante ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.