Les échos de la semaine

L'œil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La photo de la semaine : pollution pharaonique

© Politis

Sur le site de Gizeh, près du Caire et des célèbres pyramides, des militants écologistes en bâtissent une composée de déchets plastiques collectés dans le Nil voisin. L’initiative, destinée à sensibiliser la population à la lutte contre les pollutions et la production de déchets, s’inscrit dans le cadre du World Cleanup Day – ou Journée mondiale du nettoyage de notre planète –, le 17 septembre 2022.

Le chiffre de la semaine : 475 000

C’est, en euros, l’indemnité que versera Nestlé à la Fédération de pêche des Ardennes, qui avait dû dépolluer l’Aisne après le déversement d’effluents par son usine de Challerange, en août 2020.

Amazon, entreprise mortifère

Dans une longue enquête, L’Humanité Magazine montre comment des employés d’Amazon meurent sans recevoir de secours à temps. En se penchant sur plusieurs cas dans le monde, dont au moins un en France, le journal révèle comment la multinationale néglige la sécurité de ses employés et cherche à étouffer les affaires. Amazon n’a ainsi pas hésité à licencier une syndicaliste qui enquêtait sur un décès en Pologne.

Menace sur le droit de grève

C’est un règlement dont on a peu parlé. Pourtant, selon la Confédération européenne des syndicats (CES), il pourrait remettre en cause le droit de grève à l’échelle européenne. La Commission européenne travaille en effet à une législation pour créer un « instrument du marché unique pour les situations d’urgence » (Iumu). L’objectif ? Assurer la libre circulation et la disponibilité de biens et de services de première nécessité lors de potentielles crises futures. Jusque-là, pourquoi pas ? Mais le diable se cache dans les détails. En l’état, cette proposition supprime un règlement antérieur qui garantit le droit de grève, sans l’inscrire noir sur blanc dans la nouvelle rédaction de l’Iumu. La CES s’inquiète ainsi qu’« une grève pourrait être considérée comme étant une “crise”, ce qui affaiblirait l’action collective ». Elle a adressé une lettre à la Commission européenne plaidant pour que le droit de grève soit explicitement protégé dans cette nouvelle législation.

Vert nucléaire

Une coalition d’ONG écologistes engage un recours contre la Commission européenne pour dénoncer le classement du gaz et du nucléaire dans la liste des énergies considérées comme durables et bonnes pour l’environnement. Selon Greenpeace France, cette décision « contrevient aux critères définis de la taxonomie, à la loi européenne sur le climat et aux obligations de l’UE au titre de l’accord de Paris de 2015 ».

Censure

Prévu pour être en rayon ce 29 septembre, le dernier ouvrage de Guillaume Meurice, Le Fin mot de l’histoire de France en 200 expressions, coécrit avec Nathalie Gendrot, aux éditions Le Robert, ne sera pas en librairie. Et pour cause : sa parution a été suspendue par la maison mère Editis, propriété de Vincent Bolloré. Motif : quelques passages supposés valoir des risques de procès. C’est surtout un livre grinçant dans lequel l’humoriste et chroniqueur ne s’interdit pas de critiquer l’homme d’affaires breton. Ça n’a pas plu.

La FFF hors-jeu

Ce sont deux pavés qui viennent de tomber dans la mare de la Fédération française de football (FFF) – deux enquêtes journalistiques du magazine So Foot puis du journal norvégien Josimar Football, publiées coup sur coup. La première révèle de graves dysfonctionnements présumés au sein de la fédération, avec notamment des cas de harcèlement sexuel et de SMS à caractère sexuel envoyés par son président, Noël Le Graët. La seconde, écrite par le journaliste Romain Molina, revient sur « 40 ans de silence » au sein de la FFF entourant une dizaine de cas d’abus sexuels sur mineurs. Face à ces révélations, Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports, a annoncé lancer une mission d’audit et de contrôle sur le pilotage de la fédération et le respect des obligations qui s’y attachent, audit assuré par l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche. Malgré l’ampleur du scandale, la « 3F » a décidé de contre-attaquer. Dans un premier temps, Noël Le Graët, annoncé sur la sellette, a démenti vouloir démissionner. La fédération a ensuite fait savoir qu’elle portait plainte pour diffamation contre So Foot. Tout comme Florence Hardouin, la directrice générale de la FFF, mise en cause par l’enquête du magazine.

La vulnérabilité climatique aggrave la faim dans le monde

La faim aiguë a augmenté de 123 % depuis 2016 dans dix pays parmi les plus exposés aux risques climatiques, touchant 48 millions de personnes. C’est la conclusion choc du rapport publié par Oxfam, qui s’est penché sur la situation dramatique vécue en Somalie, en Haïti, à Djibouti, au Kenya, au Niger, en Afghanistan, au Guatemala, à Madagascar, au Burkina Faso et au Zimbabwe. L’ONG assure que les pays industrialisés, notamment ceux du G20, sont responsables de plus de trois quarts des émissions mondiales de carbone, tandis que ces dix pays vulnérables n’en émettent collectivement que 0,13 % : « Moins de dix-huit jours des profits des entreprises des énergies fossiles suffiraient à financer la totalité des appels humanitaires de l’ONU pour 2022. »

Amazon entre dans l’euro

Un géant du numérique américain d’un côté, la Banque centrale européenne (BCE) de l’autre. Le mariage est peu orthodoxe. La BCE a annoncé avoir retenu Amazon, ainsi que quatre autres entreprises (toutes européennes), pour collaborer sur son projet d’euro numérique. Le géant américain est chargé de construire le système de paiement en ligne avec cette monnaie virtuelle. Pour l’instant, cela reste à l’état de prototype, souligne la BCE. Elle assure aussi qu’« il n’est pas prévu de réutiliser les prototypes dans les phases ultérieures du projet d’euro numérique ». Rien n’indique, en revanche, qu’Amazon n’y prendra pas part.

Nouveau drame aux urgences

Le 1er septembre 2022, un homme âgé de 81 ans est décédé après avoir passé 22 heures sur un brancard aux urgences du Nouvel Hôpital civil de Strasbourg. Dans un courrier envoyé à François Braun, ministre de la Santé, le syndicat Force ouvrière des Hôpitaux universitaires de Strasbourg dénonce la situation. L’homme, arrivé la veille en début d’après-midi, n’a été retrouvé mort que le lendemain à 14 h 40 dans une « énième situation de blocage et surcharge des urgences ». Le 17 mars, Rue89 Strasbourg affirmait déjà qu’un patient était décédé aux urgences après un défaut de prise en charge et 12 heures d’attente. Ce nouveau décès est survenu « 36 heures après le dépôt d’un droit d’alerte », précise FO.


Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.