« Harka » de Lofty Nathan : un pays brûlant

Le film met en scène, plus de dix ans après le Printemps arabe, un jeune Tunisien en quête de survie.

Christophe Kantcheff  • 1 novembre 2022 abonné·es
« Harka » de Lofty Nathan : un pays brûlant
© La Tunisie, plus de dix ans après la révolution du Jasmin. (Photo : Dulac Distribution.)

La Tunisie, plus de dix ans après la révolution du Jasmin. Harka donne des nouvelles de la situation de ce pays à travers Ali (Adam Bessa, excellent), un jeune homme qui, pour gagner son pain quotidien, vend de l’essence en contrebande dans la rue. En échange de quelques billets, le policier, chaque fois qu’il le voit, passe son chemin. « Harka » signifie à la fois « brûler » et, en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 3 minutes