blog /

Publié le 28 mai 2009

Le PS pour des salaires minimaux riquiqui

None

Le Smic européen du PS, qui est l’une des propositions phares du parti de Martine Aubry, révèle surtout la toute (toute) petite ambition sociale des socialistes. Les socialistes français, mais plus encore celle des socialistes européens du PSE. Explication.

Illustration - Le PS pour des salaires minimaux riquiqui

Les candidats socialistes et les ténors de la rue de Solferino ne manquent rarement une occasion de rappeler qu’ils sont pour un smic européen. Ou plutôt « des salaires minimaux dans tous les États membres, qui pour nous devraient atteindre 60% du salaire médian de chacun des pays, étape vers un salaire minimum européen » , précise leur programme voté à la quasi-unanimité par le Bureau national et le Conseil national du 28 février.

Sachant qu’en France le salaire médian est de 1552 euros net, quel serait le montant du salaire minimal (aux normes européennes) que propose le PS ? Ne sortez pas la calculette, je vais vous faire le calcul.
60 % de 1.552 euros cela nous donne royalement (Ségolène, on vous l’assure, n’y est pour rien) : 931,20 euros !

Si, si, si… 931,20 euros, soit une grosse centaine d’euros de moins que le SMIC (actuellement 1.037,53 euros net). C’est cadeau, ça !

Une ambition limitée au seuil de pauvreté

« Il faut un salaire minimum garanti dans chaque pays de l’Union européenne, mais il n’est pas question de toucher au salaire minimum d’un quelconque pays qui en a déjà un » , m’a expliqué Pierre Moscovici, lors de l’émission Pluriel dont je vous ai déjà parlé. « Il s’agit , complète-t-il, de créer un nouveau droit. » Un nouveau droit pour ceux qui n’en ont pas « en Pologne ou en Hongrie » , mais seulement eux. Manquerait plus d'effrayer Mme Parisot, le Medef et notre bon patronat.

Mais écoutez plutôt son explication.

Moscovici: "J'espère que vous n'êtes pas contre"

Vous avez compris le raisonnement ? C’est un peu comme la Charte des droits fondamentaux, qui n’apporte rien aux droits existants dans notre pays vu que les droits qu’elle reconnaît sont bien souvent en recul par rapport à ceux que nous avons conquis, mais puisque certains européens sont moins bien lotis que nous, c’est un progrès .

Reste une question : pourquoi avoir fixé ces salaires minimaux à « 60 % du salaire médian » ? Certainement parce que ce seuil est celui du « seuil de pauvreté » dans les statistiques européennes. Fixer un salaire minimum qui empêche ric-rac d’être sous le seuil de pauvreté, voilà qui donne la pleine mesure de l’ambition du PS en matière d’Europe sociale !

Ses responsables nous avaient pourtant vanté leur mesure avec fracas : « Avec le "manifesto" qui prévoit un revenu minimum européen, on peut sans complexe faire une campagne de gauche sur l'Europe » , claironnait Razzy Hammadi dans Libération , le 15 janvier. Calcul fait, les électeurs peuvent, «sans complexe», dire « non » au smic riquiqui européen.

D’autant que la mesure est spécifiquement française . Car contrairement à ce que nos socialistes hexagonaux veulent nous faire croire, le Manifesto, dont se réclament toutes les formations du PSE, ne propose pas un salaire minimum européen. Il se contente de défendre dans sa version originale ( in english ) « des salaires minimum décents dans tous les Etats-membres » . La traduction (libre) française, elle, propose « l’établissement d’un salaire minimum décent dans tous les Etats membres » … Mais elle n’est valable que dans l’hexagone... pour ceux qui veulent y croire.


Tags

Haut de page

Voir aussi

Articles récents