blog /

Publié le 10 juillet 2009

Augmentation de l'électricité: EDF et le gouvernement prennent vraiment les consommateurs pour des cons

None

La recette de communication préalable à une augmentation est immuable depuis quelques années. Elle commence généralement par une « demande » de hausse de la part du responsables de l’entreprise publique ou assurant un service public. Ensuite, les associations de défense des consommateurs se laissent piéger par cette dialectique inusable, en protestant, de concert avec la gauche et les syndicats. Il ne reste plus à l’entreprise ou au service public qu’à expliquer sans la moindre preuve chiffrée que l’augmentation est absolument nécessaire.

Les ministres et le gouvernement n’ont plus ensuite qu’à faire savoir, en prenant des mines effarouchées, que c’est beaucoup trop et qu’il n’est pas question de tolérer une telle augmentation. Tandis que les journaux expliquent à longueur de pages « que la polémique enfle ».

Qui va croire que Pierre Gadonneix, PDG d’une société contrôlée à 84 % par l’Etat a pris une initiative sans en référer à son actionnaire. Et les parlementaires comme Bernard Accoyer, aidé par d’autres, mènent le service après-vente en expliquant que, « évidemment, l’électricité n’échappera pas à la hausse du prix de l’énergie ». Le sénateur Ladislas Poniatowsky n’a plus qu’à faire semblant de calmer le jeu en proposant le remède imparable à une polémique de ce genre: organiser un grand débat national sur les prix de l’électricité, débat évidemment destiné à justifier une augmentation.

Et dans quelques semaines ou quelques mois, le gouvernement pourra annoncer aux foules ravies que la dite électricité augmentera mais beaucoup moins que ce que proposait EDF. Les consommateurs-gogos n’auront plus qu’à se louer d’avoir échapper à une grosse hausse à laquelle nul n’avait vraiment songé. Dans les milieux politiques, cela s’appelle une économie virtuelle et électorale.

Le procédé est couramment utilisé pour le gaz, le prix des trains ou des transports locaux et régionaux.

A suivre...


PS Dernier "gag":en fait l'augmentation des tarifs EDF a d'orese et déjà été décidée et la "polémique" bidon est juste une astuce ultime de communication. Elle pourrait se traduire par le limogeage, dans trois mois, du PDG d'EDF à qui on reprochera donc d'avoir voulu "beaucoup augmenter" avant de le nommer ailleurs pour le remercier d'avoir bien joué son rôle.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents