blog /

Publié le 10 juillet 2009

«Le Figaro» Déjoue (Encore) Une Conspiration Communiste

None

Illustration - «Le Figaro» Déjoue (Encore) Une Conspiration Communiste

La droite ultra n'est pas du tout guérie de sa conspirationnite: ça fait maintenant mille ans (c'est d'ailleurs l'une de ses plus folkloriques traditions) qu'elle va criant que si les gueux sont mécontents du sort atroce que leur confectionnent les possédants, ce n'est pas tant parce qu'ils seraient conscients d'être violemment violentés au nom de l'enrichissement permanent d'une grasse minorité1, que parce que des bâtards collectivistes les poussent vers l'insurrection en leur faisant miroiter d'immondes chimères égalitaires.

Ainsi, et de la même façon que les journaux de la Réaction débusquaient naguère à tous les coins de leurs tristes pages d'imaginaires conspirateurs judéo-bolcheviques, ces mêmes journaux (où la pudeur n'entre pour ainsi dire jamais) vont de nos jours dénonçant des complots (islamo-)gauchistes, non moins fantasmés, il va de soi, mais qui ont ceci de commode qu'ils détournent l'attention du lecteur assez benêt pour se fier à ces menteries des vilenies que lui font quotidiennement les brutes connues sous le nom générique de: crapules capitalistes.

(Pléonasme.)

Pour le dire autrement, l'affligeante rhétorique de la Réaction n'a guère changé, au fil du temps - et son objectif est toujours d'occulter le harassement de millions de miséreux par l'incessante réinvention, particulièrement grotesque aux temps que la droite ultra détient absolument tout les pouvoirs, d'un maléfique ennemi intérieur:

Illustration - «Le Figaro» Déjoue (Encore) Une Conspiration Communiste

Hier, trois employés du Figaro (et par conséquent de Serge Dassault, de l'UMP) ont par exemple fait au monde la bouleversante révélation que «les meneurs des grèves et les salariés qui séquestrent les patrons» n'agissent pas (du tout) «seuls, poussés par le désespoir de voir une vie de travail partir en fumée» , comme on pourrait le supputer sur la seule foi des incessantes saloperies que leur inflige le patronat, mais qu'ils sont, tiens-toi bien, c'est à se ch... Faire dessus d'épouvante, «instrumentalisés pour engendrer le chaos» 2.

Ces trois investigateurs figar... Sergedassaultiques de gros niveau (Elsa Bembaron, Marc Landré, Jean-Marc Leclerc) l'assurent, au terme d'une enquête où se révèle une
exceptionnelle rigueur journalistique: «Nombre d'observateurs estiment que ces débordements volontairement médiatisés portentt la signature de l'extrême gauche - qu'il s'agisse du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), de Lutte ouvrière (LO) ou de groupuscules anarchistes» .

(TU FLIPPES, MÉMÉ DUPONT?)

Pour mieux arriver à cette conclusion, où se trouve confirmé que la gauche hexagonale est formidablement puissante (nonobstant que notre cher et vieux pays se trouve intégralement confisqué depuis deux ans par une droite versaillaise particulièrement haineuse) et que les salariés en grève sont d'atterrants neuneus infoutus de se mobiliser sans se laisser manoeuvrer par des fanatiques, les enquêteurs du Figaro de Serge Dassault (de l'UMP) ont bien évidemment pris la précaution, minimale, de n'interroger aucun des salariés en question: la démonstration que ces pauvres débiles sont des pantins que des bolcheviques manipulent suppose, évidemment, qu'on ne leur demande pas leur avis3.

Illustration - «Le Figaro» Déjoue (Encore) Une Conspiration Communiste

Par contre, nos trois surdéontologiques détectives ont religieusement recueilli le point de vue de quelques patrons, de quelques syndicalistes jaunes de colère, et, il va de soi, des traditionnels keufs anonymes sans lesquels nulle investigation du Figaro de Serge Dassault (de l'UMP) sur le péril soviétique ne tient vraiment la route.

Un (courageux) dirigeant (anonyme) de la CFDT proclame ainsi que: «C'est un secret de polichinelle que de dire que les meneurs de la fronde des Continental à Clairoix sont encartés chez LO» 4.

Un autre courageux syndicaliste anonyme, de la CGT cette fois-ci, confirme que les Rouges ont pris le pouvoir: «Les militants du NPA sont partout où il y a de la misère et la peur de l'avenir, ils jouent sur les craintes des gens, comblent un vide politique ou syndical, et soutiennent tous ceux qui sont en lutte - dès qu'il y a deux grévistes dans une entreprise, ils débarquent» 5.

Après le jaune vient le bleu, comme dans toute investigation un tant soit peu sérieuse, et voilà nos enquêteurs de niveau 9 qui se tournent vers de nouveaux témoins dignes d'une infaillible foi: des fonctionnaires de police.

«À la sous-direction de l'information générale (ex-RG)» , brament-ils, «un commissaire de police très au fait des questions sociales» (mais dont le franc courage ne va évidemment pas jusqu'à se produire chez Dassault (de l'UMP) à visage découvert) «est formel: «Les salariés qui dégradent leurs usines et qui intimident leur hiérarchie cèdent évidemment à une sorte d'emballement collectif»» .

(On devine effectivement, à ce puissant témoignage, où l'analyse monte vers des sommets de finesse inviolés, que le gars est pour de bon un gigantesque spécialiste «des questions sociales» .)

Problème: un de ses collègues «de province» pleupleute quant à lui, dans un premier temps, qu' «il est difficile d'apporter la preuve irréfutable que des organisations subversives sont à l'origine du durcissement des mouvements engagés.»

Diable: tout l'article du Figaro de Serge Dassault (de l'UMP), qui affirme précisément que des organisations subversives sont à l'origine du durcissement des mouvements engagés, serait donc, en réalité, un gigantesque foutage de gueule conspirationniste fondé sur les traditionnelles incantations paranoïaques de la vieille droite réactionnaire (qui depuis les siècles des siècles voit des Rouges partout) - comme nous en avions très fort le pressentiment?

Non!

Car ce qui est certain, même si les preuves manquent, poursuit le Derrick provincial, c'est que «des agitateurs de tout poil tentent de profiter du climat et s'activent en coulisse, dans les milieux de la gauche trotskiste, notamment» .

Zéro preuve, donc: c'est un «ex-RG» qui le confirme à des journaleux du Figaro de Serge Dassault (de l'UMP), qui s'épargnent ainsi le pénible travail de vérifier de près leurs infos à deux balles.

Mais cette absence totale d'éléments probants ne doit surtout pas empêcher que la police de MAM et le Figaro de Serge Dassault (de l'UMP) continuent, main dans la main, de fantasmer sur un bubonneux péril rouge - comme ils ont déjà fait avec les-saboteurs-de-la-SNCF...

De fait: revigorés par le soutien des «ex-RG» , nos trois-du- Figaro de Serge Dassault (de l'UMP) se tournent vers de nouveaux interlocuteurs: les patrons.

L'un confirme, après avoir été retenu quelques heures: « Tout cela est piloté de l'extérieur» .

C'est donc bien une conspiration, et de très vaste ampleur.

Un autre patron fait cette révélation plus épouvantable encore: «Les militants dormants se réveillent en ce moment» .

Car notre sous-sol est truffé, chacun l'a maintenant compris, de «militants dormants» , déclinaison moderne des millions d'immondes agents dormants que Joe Staline avait naguère dissimulés dans les moindres encoignures de l'Occident (chrétien blanc)6.

Tu as donné ta vie à ton (gentil) patron, pour un salaire de misère?

Ton (gentil) patron, pour t'en remercier, te lourde comme un étron - en commettant éventuellement (et dans le pire des cas), Le Figaro de Serge Dassault (de l'UMP) le concède bien volontiers, quelques maladresses de «communication» ?

Faudrait pas non plus que tu en conçoives une amertume déplacée, pauvre salaud de pauvre: dis-toi bien que tu n'es rien, et que si jamais tu aspires à de plus hautes fonctions, Le Figaro fera donner son infanterie anticommuniste7.


  1. Car les gueux sont, d'évidence, trop mal éduqués pour se rendre compte par eux-mêmes que des oligarques les enculent. 

  2. Naturellement (ça me fait de la peine d'avoir à le répéter, je pensais que tu l'avais de longue date compris): ce n'est pas l'ordu... Le patron qui délocalise pour complaire à des salo... À ses actionnaires, qui engendre le chaos - mais bien plutôt l'outrecuidant smicard qui a le front de s'élever contre cette ignominie. 

  3. Ces connards pourraient, si l'on n'y prenait garde, proclamer que leur mobilisation est une réponse de simple bon sens (et plutôt gentillette, au demeurant) aux immondes brutalités que leur infligent leurs patrons, plutôt que le résultat d'une conspiration rouge, et cela, n'est-ce pas, pourrait plonger Serge Dassault (de l'UMP) dans un abîme de fureur. 

  4. Et naturellement: les trois rouletabilles dont Serge Dassault (de l'UMP) assure les fins de mois ne cherchent pas (du tout) à vérifier cette impressionnante info, parce que bon, si c'est un courageux dirigeant anonyme de la CFDT qui le dit, ça doit être vrai, pas vrai? Je veux dire, ces mecs de la CFDT sont les mêmes qui nous assurent à longueur d'émissions d'Arlette Chabot qu'ils ont très fort le souci de mieux défendre les salarié(e)s contre les assauts du patronat, et nous savons tous que c'est en effet ce qu'ils font, au péril de leurs prébendes - pas vrai? 

  5. Et il y aurait, certes, matière à pousser plus avant l'interrogatoire de ce courageux militant, sur le vide syndical où il abandonne les salariés. On pourrait lui demander, par exemple, s'il va continuer à se foutre de nos gueules à grands coups de journées de mobilisation bimestrielles et de manifestation-unitaire-du-1er-mai - ou si vraiment tu seras étonné, pauvre bouffon, quand ta base te mettra de méchants coups de pieds au cul, pour te faire passer l'envie de lécher celui du Medef? Mais bien sûr: les troupes (de choc) de Serge Dassault (de l'UMP) ont d'autres préoccupations. 

  6. Pour le dire plus simplement, les communistes nous ont, je le crains, déclaré une guerre secrète, mais totale - où (comme dans toute (sale) guerre) de hideux félons tendent la main à l'ennemi: ce sont, nous disent les bobwoodwards du Figaro de Serge Dassault (de l'UMP), tous les ignobles «leaders politiques de gauche qui, tout en condamnant la violence, avouent «comprendre» les débordements et les jugent même «légitimes» pour certains» - et qui, de la sorte, «encouragent» une «révolution»

  7. NB: Sur le même sujet, tu liras également ceci


Haut de page

Voir aussi

Articles récents