blog /

Publié le 12 janvier 2010
Lavage De Cerveau En Régime De Liberté

Lavage De Cerveau En Régime De Liberté

None

Illustration - Lavage De Cerveau En Régime De Liberté

Cette année, comme l'année dernière, et comme tous les ans d'avant: la presse dominante va continuer à nous laver le cerveau à grands coups - notamment - de sonderies propagandaires.

Dès la semaine dernière, Le Journal du dimanche ( JDD ), propriété d'Arnaud Lagardère, publiait un entretien avec le prédicateur patronal et fameux éditocrate Marseille - Jacques, de son prénom -, d'où ressortait, principalement, que la crise n'existait guère, au fond, que dans l'esprit des gueux dont le pouvoir d'achat se révèle moins replet que dans les promesses de campagne de Sarkozy, et que dès lors il convenait de briser enfin, par une prompte (mais ferme) réforme, le tabou des «retraites» .

Après quoi, ce dimanche, poursuivant sa mission de manipulation des masses, le JDD a publié un sondage, évidemment «exclusif» , et qui évidemment «bouscule» mainte idée reçue, et d'où ressort, «c'est la surprise de ce début d'année» (affirme-t-on au JDD ), que les Françai(se)s, à une écrasante majorité, sont du même avis, sur la nécessité d'une prompte (mais ferme) réforme des retraites, que Jacques Marseille la semaine d'avant - puisque aussi bien «le sondage exclusif Ifop-JDD le révèle: les personnes interrogées accepteraient de travailler, en moyenne, jusqu'à 62 ans ou presque» , pour bénéficier ensuite d'une pension qui, certes, restera très inférieure au montant de la plus-value qu'empocha le propriétaire du JDD en devinant un beau matin que l'heure était venue de faire cession de ses parts d'EADS, mais qui du moins confirmerait le net accroissement de leur tolérance au foutage de gueule caractérisé.

Il va de soi que nulle part le sondage exclusif Ifop- JDD ne suggère aux personnes interrogées que la nécessité d'une prompte (mais ferme) réforme des retraites est une forgerie de la possédance et de ses politiciens de compagnie: comme toujours, le «débat» reste circonscrit dans un périmètre soigneusement prédéfini, où les sondé(e)s ont le choix, non pas entre une adhésion au principe d'une prompte (mais ferme) réforme des retraites ou une adhésion au principe alternatif d'une prompte (mais ferme) projection de leur(s) pied(s) au cul des propagandistes halluciné(e)s qui ont inventé la nécessité de cette réforme (je conviens que ces phrases qui durent trois plombes sont un peu gonflantes) - mais entre une adhésion étroite au réformisme jacquesmarseillais, ou une adhésion étroite au réformisme jacquesmarseillais.

Assez typiquement: le sondage exclusif Ifop- JDD leur demande s'ils préfèrent «cotiser davantage pour partir à la retraite le plus tôt possible» , ou s'ils préfèrent « travailler le plus longtemps possible pou r (se) garantir une retraite satisfaisante », ou enfin s'ils préfèrent « partir le plus tôt possible quitte à avoir une retraite moindre» .

Il existe, n'est-ce pas, une quatrième solution, qui serait de ne rien changer - d'en finir, en somme, avec les mensonges du «lavage de cerveau en régime de liberté» (Chomsky) sur la nécessaire (mais prompte et ferme) réforme des retraites.

Mais cette solution-là, tu l'auras noté: le sondage exclusif Ifop- JDD ne la propose pas - du tout - aux personnes interrogées, qui sont par conséquent sommées de se déterminer en fonction de critères exclusivement jacquesmarseillais.

D'une part.

D'autre part: le sondage exclusif Ifop- JDD a été réalisé «auprès d'un échantillon de 1.019 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 522 actifs» .

Les mots importants sont là, tu l'auras compris: « 522 actifs» .

Qu'est-ce que c'est que ça, les actifs, Robert?

Les actifs sont, me dit mon fidèle Petit Robert , «la partie de la population qui possède un emploi ou en recherche un» - apprentis compris.

Que sont dès lors les inactifs?

Principalement: les retraité(e)s.

(Le JDD le sait fort bien, qui précise d'ailleurs que dans la France des années 2000 «le nombre de cotisants ne cesse de reculer par rapport au retraités» , puisque désormais «on compte 1,45 actif pour un inactif» .)

Donc, si je résume, le JDD a tranquillement fait poser à des retraité(e)s plein de questions qui ne les concernent plus vraiment, comme par exemple: «D'après vous à quel âge serez-vous contraint de partir à la retraite?»

(Ah ben ça, je sais pas, c'est difficile à dire, répond Raymond, retraité depuis 1995.)

Toutes choses égales par ailleurs, c'est un peu comme si le JDD demandait à des culs-de-jatte, «Votre footing, vous préférez le faire tôt le matin, ou en fin d'après-midi?»

C'est participatif, je dis pas - mais ça fausse un peu le résultat.

Nobstant, le «JDD» nous annonce pour 2010 un «grand débat» sur les retraites: ça promet...


Haut de page

Voir aussi

Articles récents