blog /

Publié le 17 octobre 2010

Merci, La Finlande

None

Le Monde , poursuivant sa juste (mais noble) mission d’information des masses d'encadrement, leur dit, , que «la Finlande» a montré au monde (et en tout cas au Monde ) « la voie d’une réforme réussie» des retraites, où, ««de 1995 à 2009, le taux d’emploi des seniors est passé de 34 % à 55,5 %» - le mot «seniors» , directement prélevé au sac où le patronat tient sa novlangue, désignant, tu l'auras compris, les salarié(e)s de 60 ans qui prétendent chez nous ménager, plutôt que leur taux d'emploi, celui de leur pension, ah, les tristes feignasses.

Pour illustrer ce miracle finnois, Le Monde a pris la photo d'une épanouie Röšlyn Bashlö dans son (très) open space (Jori, mon cher ami, ressers-moi donc un salmiakki, j'ai la gorge qui sèche)...

Illustration - Merci, La Finlande

...Plutôt que cette photo-ci, car, c'est connu: le poumon d'un prolétaire silicosé donne moins directement l'idée qu'une «réforme réussie» des retraites est possible.

Illustration - Merci, La Finlande

Pour se rendre à ce miraculeux résultat, où la France gagnerait de la paix civile à puiser de l'inspiration, comment donc a fait la Finlande?

La Finlande, après «quinze ans de réflexion» (car il faut penser de loin ces domestications) a, s'extasie Le Monde , «utilisé la méthode de la carotte et du bâton» , qui était jusqu'à présent réservée plutôt pour le dressage des ânes récalcitrants, mais dont, par conséquent, la Finlande a montré qu'elle donnait aussi d'excellents résultats contre les vieux branleurs - merci, la Finlande.

Ainsi, «dès 1994» , la Finlande a progressivement augmenté «l’âge de la préretraite de 55 à 58 ans» , et, en même temps: «Les retraites du public ont commencé à être ajustées à la baisse pour s’aligner sur celles du privé» - suivant la bonne vieille théorie patronale que si Toto gagne 600, et si Tutu gagne 300, pourquoi irais-je augmenter l'un, quand il est si facile de ponctionner plutôt Toto?

Déjà: c'était pas rien, et ça montrait que la Finlande avait la fibre libéreuse.

Mais le meilleur est venu quelques années plus tard, quand «la réforme la plus importante fut adoptée» , en 2005.

Là, «au lieu d’augmenter» connement «l’âge de la retraite, comme le font la plupart des pays» sainement développés, «la Finlande a choisi la flexibilité» (qui est encore l'un des mots de la novlangue des patrons et de leurs fottorinos de compagnie), en «permettant aux actifs de prendre leur retraite entre 63 et 68 ans » .

Cadeau supplémentaire : «L’âge de la préretraite a encore été relevé à 62 ans et le taux des pensions a été affecté » , puisqu’ «en arrêtant» de travailler «à 62 ans au lieu de 63 ans, la retraite est amputée de 7,2 % du salaire» .

Donc, si nous récapitulons: cette «réforme réussie» des retraites a consisté, entre 1994 et 2005, à relever de sept ans l’âge de la préretraite – mais Le Monde jure, sans rire, qu’elle a ceci d'exemplaire qu’elle n’a aucunement relevé l’âge de la retraite.

Puis elle ampute, sauvagement, les pensions des mauvais sujets qui feraient le choix de cesser de bosser après 62 ans - la flexibilité, d'accord, mais on va quand même t'aider à faire ton choix, Petter, si tu veux bien signer là.

Et pour le côté carotte?

Le Monde ovationne l’entreprise Abloy, « leader mondial des systèmes de fermeture de portes» , qui a «mis en place un programme dont l’objectif est de prolonger la durée de travail de ses employés de deux ans» , et qui, pour ce faire, leur offre, tiens-toi bien : «Des conférences, des tests de fitness, des expositions artistiques, des chèques-vacances» .

Bref : Byzance.

Finalement, Raymond, dans ta retraite réformée, vue par les gens du Monde : tu vas continuer à trimer, puis quand t’auras fini tes sept années supplémentaires, non seulement on t’enlèvera que 7,2 % de ton salaire, mais de surcroît on te montrera Monet au Grand Palais.

Tu sais quoi, mon Raymond?

Ça serait bien que tu fasses un petit courrier au Monde , pour dire comment que t’es content.

Illustration - Merci, La Finlande


Haut de page

Voir aussi

Articles récents