blog /

Publié le 16 décembre 2011

Notre société fonctionne …

… comme un asile !

[ J’ai connu Yannis Youlountas à l’occasion d’une campagne électorale : la présidentielle de 2007, où lui et moi avions choisi de soutenir José Bové. Ce ne fut pas une grande réussite, comme on sait ! Au moins y ais-je gagné un ami, Illustration - Notre société fonctionne … ce philosophe et poète d’origine grecque un peu fou, qui se réclame volontiers de Nietzsche — ( les philosophes) « de désagréables fous et de dangereuses énigmes, se sont assigné pour tâche une tâche dure, involontaire, inéluctable, mais grandiose : être la mauvaise conscience de leur époque. » –, m’envoie son dernier livre 1 ; un recueil d’aphorismes et de réflexions plus élaborées dont voici un avant-goût. ]

« Il n’y a pas plus grande menace pour qui veut continuer à se dresser dignement, humainement, solidairement, que l’abandon au dressage normatif qui rabaisse, avilit, asservit. Le spectacle assourdissant du monde et l’interminable répétition de ses rites d’aliénés ont exactement l’effet d’un traitement médico-psychiatrique sur la parole, l’imaginaire, la révolte et la création. Un traitement neurasthénique. Notre société fonctionne comme un asile, dans tous les sens du terme. Elle justifie sa légitimité, son intransigeance et ses rigidités, non pas pour conduire à l’émancipation et au bonheur de ses membres, mais pour les protéger contre eux-mêmes en entretenant la peur. La peur de tout et de tous. »

[ Yannis vous donne rendez-vous sur son blog. ]


  1. Derrière les mots, Les Editions Libertaires, 10 € 


Tags

Haut de page

Voir aussi

Articles récents