Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

blog /

Publié le 4 juillet 2012

Sur la mort d’Arafat …

… la thèse de l’empoisonnement refait surface.

Le leader palestinien, mort en 2004, a-t-il été empoisonné ?

Selon al-Jazeera, de récentes analyses sur des échantillons biologiques prélevés sur ses effets personnels auraient révélé des traces de polonium, ce qui relance la thèse d’un empoisonnement (probablement par les services israéliens) évoquée dès son décès, jugé étrange à l’époque. Les scientifiques (de l'Insitute for Radiation Physics de Lausanne) qui ont procédé à ces prélèvements souhaiteraient une exhumation du corps pour pouvoir examiner les restes d’Arafat et en avoir le cœur net.
Illustration - Sur la mort d’Arafat …
J’ai ouï-dire, pour ma part, d’une version très différente des raisons de la mort du Président de l’Autorité palestinienne, qu ej e vous livre sous toute réserve. Elle ferait suite à trois arrêts cardiaques successifs, provoqués par ce dialogue entre le malade semi-comateux et ses soignants : — « Où suis-je ? »
— « A Villejuif. » (1er arrêt). — « Qui me soigne ? » — « Le professeur Israël. » (2è arrêt). — « Quel temps fait-il ? » — « Maussade. » (3è arrêt, fatal.)

[On me pardonnera cette plaisanterie innocente, qu’autorise le temps écoulé depuis le décès de cet homme, que j’ai personnellement rencontré plusieurs fois, à Beyrouth et à Paris, et pour qui j’avais beaucoup de respect et d’admiration.]


Rappel : vous voulez commenter ? Identifiez-vous.

Tags

Haut de page

Voir aussi

Quelle Europe pour la gauche ?

Politique par

accès libre

 lire   partager

Articles récents