Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

blog /

Publié le 1 novembre 2012

Hollande-Netanyahou …

… comme un malaise.

J’écris, en ce dimanche de Toussaint, alors que le président Hollande et le Premier ministre israélien se rendent à Toulouse pour un hommage aux enfants juifs assassinés dans leur école par Mohammed Merah.

Cette visite solennelle provoque chez moi un malaise, que j’essaye d’expliquer ci-dessous.

Commençons par dire que la personnalité de Netanyahou, type détestable s’il en est à mes yeux, n’est pas ici en cause. Je ressentirais le même malaise quel que soit le dirigeant israélien aujourd’hui en visite en France.

Ce qui est en question, c’est le statut de cette visite.
Illustration - Hollande-Netanyahou …
Visite officielle, avec tout l’apparat du genre. Pas grand-chose à en dire, nous sommes dans la banalité diplomatique qui n’a aucune incidence sur les réalités du terrain, et notamment sur l’injustice persistante et scandaleuse dont est victime le peuple palestinien : la seule attitude digne et possiblement efficace pour une diplomatie française digne de ce nom serait de dire : « Monsieur, vous n’avez rien à faire ici, nous vous recevrons volontiers le jour où vous appliquerez les résolutions de l’ONU, sur lesquelles depuis si longtemps vous posez votre séant. » Faut pas rêver.

Le temps fort de cette visite est autre : le déplacement à Toulouse au collège Ozar Hatorah, où a eu lieu la tuerie.

Or il me semble que ce fait-divers franco-français, impliquant un Français musulman (le tueur) et des Français juifs (les victimes) et qui n'a pas encore livré tous ses secrets, ne concerne en rien un chef de gouvernement étranger, fût-il celui de l’Etat d’Israël ; sauf à considérer que celui-ci est aussi une sorte de chef de la religion juive, un “pape” juif, en quelque sorte, ayant vocation à se mêler de tout événement concernant les juifs sur toute la planète, et en l’espèce en France.

Sauf erreur, un tel statut n’existe pas.

En revanche, si le déplacement de M. Netanyahou et son recueillement sur les lieux d’un massacre évidemment antisémite est une visite privée d’un citoyen juif étranger venant saluer des co-religionnaires français, il n’y a rien à y redire (sauf à déceler dans ce geste un assez net parfum de campagne électorale interne à Israël, certains le suggèrent et ça regarde les électeurs israéliens).

Mais dans un cas ou dans l’autre, dîtes-moi, que vient faire ici M. François Hollande, président d’une République laïque ?


Rappel : pas de commentaire validé sans signature et provenance signalée.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents