blog /

Publié le 22 avril 2013

Economie publique et Economie sociale : un débat aux enjeux décisifs

Le CIRIEC anime tant en France qu'au niveau international des recherches et des débats dans les champs croisés de l'Economie publique et de l'Economie sociale. Cette dualité est dans la discussion actuelle sur une Economie sociale, à la fois autonome de l'Etat, mais en convergence avec le secteur public dans la dimension (ou du moins l'aspiration) citoyenne et démocratique, très importante. Le dîner-débat que nous présentons ici avec Jacques Fournier et Philippe Frémaux (le 15 mai à Paris) s'inscrit pleinement dans cette problématique.

"PERSPECTIVES ECONOMIQUES ET SOCIALES EN FRANCE
ET AVENIR DU SERVICE PUBLIC"

_ avec Philippe Frémaux, éditorialiste à "Alternatives économiques"
et chroniqueur à France Culture
et Jacques Fournier, Conseiller d’Etat, ancien président de la SNCF et d
e Gaz de France, Président d’honneur du CIRIEC,

Cette manifestation se déroulera le 15 mai à 18h30, à la Maison de l'Europe, 35-37, rue des Francs-Bourgeois, Paris IIIème
et sera suivie d’un dîner

Jacques Fournier vient de publier aux éditions Odile Jacob

"L’Economie des besoins. Une nouvelle approche du service public"*


_ nous publions ici la présentation de cette contribution au débat :

"Pourquoi envisage-t-on toujours le service public comme un coût et jamais comme une part - significative - de la production nationale ? Avec ce livre, Jacques Fournier renverse les perspectives : la satisfaction des besoins humains fondamentaux - santé, logement, éducation, transport, etc - devient prioritaire. Elle oblige à revisiter le service public pour le rendre plus efficace, moins lourd, bref pour remettre l'individu au centre du dispositif.
Partant, Jacques Fournier s'interroge sur les modalités de mise en oeuvre de l'économie des besoins : comment faciliter la rencontre du service et du besoin ? Quel est le bon niveau d'intervention - local ou national ? Comment tarifer le service et jusqu'où aller dans la gratuité ? Passant par un Etat renouvelé et l'acceptation des acteurs privés qui se reconnaissent dans ses valeurs, l'économie des besoins n'est pas si utopique qu'il y paraît.
Et si elle était l'avenir de l'économie ? "


Haut de page

Voir aussi

Articles récents