blog /

Publié le 3 janvier 2015
«Je suis dans ma solitude»

«Je suis dans ma solitude»

Seb est à la rue depuis une rupture compliquée. Il est à Clermont-Ferrand pour être près de sa petite fille de 4 ans, opérée du cœur. Actuellement en convalescence pour six mois à Durtol, elle peut voir son papa tous les jours. Tous les soirs, il se demande où il va dormir. De centre d'hébergements d'urgence à quelques nuits dans la rue, il n'a pas oublié d'écrire. Des poèmes. En voici un, qu'il m'a balancé voilà quelques semaines...

Sombres et noires sont mes idées

Le vrai ne se cache pas loin, nombreux sont mes ennemis.

Je viens seul tout Zarbi, bonhomme quand j'agis.

Je mélange vérité et punchline quand j'écris.

Casque sur la tête, le regard fixe, de tous je me méfie

Et me fie à personne, encore moins aux trop belles filles.

Je ne suis jamais parti, je resterai tant que j'ai de la répartie.

Mais le souci, s'il n'y a plus de sou, je préfère ma Tunisie.

Je resterai tant qu'il y aura thunes et rêves à faire ici.

Fin de mois dure car interdite est la vente de produits.

Je suis dans ma solitude mais c'est une volonté de fuir les doses

Ça casse des briques sur mon dos et ça vient me dire Amigo

Allez go, vous me faites marrer, je vous donne un air de légèreté

Jeter de tout là-haut sauf que dans la descente j'ai perdu le goût du «Je t'aime»

L'amour s'est fait séquestrer dans la cave numéro 5 ou je te gravais «je te Ken»

Comme tous les mondes, je veux y croire pour pouvoir semer la haine

Je garde la tête froide mais faut pas qu'on me la chauffe, chouffe

Les mêmes qui s'angoissent à me foutre des plans financiers dans mon coeur

Ils sont loin de moi, plus proches de ma poche... un peu de richesse qu'est le bonheur

Va leur dire que je m'épanouis à l'ombre de l'argent pendant que les vermines pourrissent à la lumière de l'or.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents