blog /

Publié le 13 août 2017

Climat: Trump tente de censurer un rapport des chercheurs américains

Le président ayant gardé sous le coude le rapport climatique d'une quinzaine d'organismes scientifiques américains, leurs auteurs l'ont remis à la presse sans autorisation

Craignant que le président américain n’interdise la publication et la mise en ligne de leur rapport sur climat aux Etats Unis, les scientifiques d’une quinzaine d’université d’Etat et d’agences gouvernementales ont communiqué l’essentiel du résultat de leurs travaux et recherches au New York Times. Le journal américain a publié samedi les extraits les plus significatifs des 300 pages dont l’une de ses auteurs, Katharine Hayhoe, jeune professeure à l’université du Texas, a considéré auprès de la presse qu’ « il s’agit de l’un des rapports scientifiques les plus complets publiés sur la question climatique ». Katharina, d’origine canadienne, est l’une des rares scientifiques à avoir accepté de commenter ce travail à visage découvert, les auteurs et leurs équipes craignant une vague de répression politique et financière de l’administration américaine. Ils craignaient, devant le silence de Donald Trump, que le rapport ne soit jamais publié ou que certains passages soient supprimés. Il y a huit jours, alors que le rapport lui était déjà communiqué, la Maison Blanche a officialisé par lettre auprès des Nations Unies son retrait de l’Accord de Paris.

Les nombreuses preuves

L’une des premières constatations d’un document dont les recherches sont remontées jusqu’aux années 80 du XIX° siècle c’est que les Etats Unis contribuent actuellement aux changements climatiques et que ses effets sont perceptibles dans tout le pays. Ce qui va à l’encontre des affirmations de Donald Trump et de la majorité de ses parlementaires estimant « que la contribution humaine aux changements climatiques est incertaine ». Un affront d’autant plus clair que les auteurs du rapport expliquent_, chiffres et corrélations à l’appui, que « de nombreuses preuves démontrent que les activités humaines, en particulier les émissions de gaz à effet de serre, sont principalement responsables des récents changements climatiques observés »._

Le rapport explique aussi que même si les humains arrêtaient immédiatement d’émettre des gaz à effet de serre, la température continuerait de monter jusqu’à la fin du XXI° siècle. Ils ajoutent, à l’attention sans doute des climato-sceptiques américains, après avoir mesuré l’augmentation « effroyables » des températures en Alaska et dans l’Arctique, qu’ «il est très probable que le réchauffement accéléré de l’Arctique aura des conséquences importante pour les Etats Unis en raison de l’accélération de la fonte des terres et de la glace qui entraine des changements dans l’océan, y compris une augmentation du niveau de la mer menaçant nos communautés côtières ».

Le pire encore inconnu

Le travail de ces scientifiques, même s’ils indiquent qu’ils ne sont pas encore en mesure de cerner le pire, rappelle aussi que tous les indicateurs ont connu des situations sans précédents : qu’il s’agisse des records de température, du volume des émissions de gaz à effet de serre ou de la montée des mers. Bien qu’ils ne soient pas pris en compte dans l’étude, l’agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), dans une autre étude mondiale ayant échappé à la censure de Trump (car internationale), rappelle aussi que les six premiers mois de 2017 ont été les plus chauds de toute l’histoire des relevés météo depuis qu’ils ont été régulièrement effectués en 1880. Dans cet autre travail complétant celui des américains, 500 climatologues travaillant dans 60 pays listent ensuite les conséquences de l’inertie des politiques : la concentration de gaz carbonique la plus forte depuis 800 000 ans, les canicules et sécheresses ravageant l’Inde et le Mexique, l’étendue minimale, depuis le début des mesures, de la banquise de l’arctique, la recrudescence des tempêtes tropicales. Un catalogue non exhaustif des catastrophes annoncées depuis des années.

L’angoisse des scientifiques du climat est telle qu’ils ont coordonné les publications simultanées de leurs rapports ; dans l’espoir de « réveiller le monde et déjouer la censure américaine », a expliqué à Politis un chercheur d’une université californienne. Celui qui a incité à sa communication à la presse et qui sait que tous les organismes de recherche de son pays sur le climat sont menacés et que les coupes budgétaires ont commencé.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents