Bouffon Imperator. Les Cent (premiers, hélas) Jours du Bouffon Morbide

Publié le 20 décembre 2007

Politique

par

Bouffon Imperator. Les Cent (premiers, hélas) Jours du Bouffon Morbide

Ce récit en forme de journal est une fiction.
Le héros, par antiphrase, en est un danseur
de corde, bonimenteur
et escamoteur, rompu à tous les arts grotesques de la charlatanerie,
d'où son nom : Bouffon.
Ce n'est certes pas notre faute si Bouffon ressemble comme un frère (Bouffon s'attribue quantité de « frères », dont aucun n'est recommandable) à un personnage public récemment hissé sur le pavois, dont le nom et les agissements n'en finissent pas d'occuper (dans tous les sens du terme) les espaces publics : on verra dans cette coïncidence la pure et simple manifestation de l'état déplorable des affaires publiques.

 lire   partager

Articles récents