Besancenot, le « survivant »

Seul le candidat de la LCR a échappé à gauche au jeu
de massacre du « vote utile ». Il n’est pas enclin pour autant à relancer la dynamique unitaire.

Devinette : comment arracher un sourire à un militant de la LCR alors que Nicolas Sarkozy vient de recueillir 31 % au premier tour d'une présidentielle ? En annonçant que le candidat maison, Olivier Besancenot, a réalisé 4,08 %, synonyme d'un gain de 288 218 voix par rapport à 2002. Sans oublier le titre envié de seul survivant d'une gauche antilibérale laminée par ailleurs. Au sous-sol, peu engageant, d'une salle surdimensionnée à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, 300 militants et sympathisants ont fait…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.