Espions contre pirates

La répression des petits pirates, qui, aux États-Unis, entre autres, a prouvé son impopularité et son inefficacité à résorber le phénomène, reste le cheval de bataille de l'industrie musicale française. En 2004, celle-ci avait obtenu une modification de la Loi informatique et libertés l'autorisant à procéder à des traitements informatisés de données personnelles pour la recherche d'infractions de contrefaçon. Les dispositifs de collecte de données devaient cependant être validés par la Cnil. En octobre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.