Cette ombre qui parle…

Nous ne défendrons pas ici la mémoire du général de Gaulle, et moins encore l'orthodoxie des institutions de la Ve République. D'autres sont plus habilités à mener ce combat d'arrière-garde. Mais il faut entendre Claude Guéant comparer Nicolas Sarkozy au Général, et François Fillon à Georges Pompidou, pour mesurer l'étendue de la dérive et l'ampleur du contresens. Dans son ardeur à trouver une petite place au Premier ministre, le secrétaire général de l'Élysée affirme : « Il y a un numéro un et un numéro…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.