« Le passage à l’autonomie doit être régulé »

À l’initiative d’un appel à sauver l’université*, Pierre Bayard, professeur de littérature à Paris-VIII, explique les raisons de la fronde contre la « loi Pécresse ».

Avec des enseignants de Paris-VIII, vous avez publié une tribune dans le Monde du 21 novembre et créé, dans la foulée, un collectif rassemblé sous le titre : « Les présidents d'université ne parlent pas en notre nom ». Pourquoi ne pas avoir publié cette tribune au moment des négociations autour de la « loi Pécresse » ? Pourquoi le faire maintenant ? Pierre Bayard : Comme le sait bien le gouvernement, qui a fait voter la loi le 10 août, les vacances ne sont pas le meilleur moment pour engager un débat !…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.