Faites ce que je dis...

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La proposition n° 12 du rapport Attali énonce : « Les étudiants en stage seront décemment rémunérés. » Et « les entreprises qui recourent de façon récurrente aux stagiaires pour occuper des postes de travail, au lieu de recruter des jeunes de façon pérenne, doivent en être dissuadées » . Dont acte, rétorque le collectif Génération Précaire, qui invite Jacques Attali à appliquer cette sage décision à son ONG, PlaNet finance, dont le siège parisien compte un quart de stagiaires. « La politique, c'est d'essayer de les garder », a rebondi l'association, qui recrute encore largement pour des stages de six mois. Nouvelle équation : comment libérer le pouvoir d'achat des jeunes diplômés avec des indemnités plafonnant à 360 euros par mois ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.