L’art de privatiser

Les mécanismes de la privatisation sont toujours les mêmes pour livrer au marché les services postaux, les transports, les télécommunications, mais aussi l’éducation et la santé… Récit sur vingt ans.

Faire entrer les services publics dans le grand club des sociétés anonymes n’est certes pas chose aisée. Pourtant, en vingt ans, l’ensemble du secteur a été ouvert à la concurrence puis privatisé par étapes, selon un modèle lancé dans la plupart des pays européens à la fin des années 1980. Le processus, à de rares exceptions près, est toujours le même, « pernicieusement progressif » , ironise Daniel Paul, député communiste qui, avec plusieurs de ses collègues, a demandé en 2005 – en vain – une commission…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.