Prévoir

Rigolade Si tant de gens de par le monde n’en étaient aussi atteints – jusqu’à la misère, à la famine, au dénuement, au désespoir –, nous autres que « la crise » n’affecte guère ou pas encore, que nos situations personnelles – âge, statut, besoins (nous avons toujours su nous passer de Rolex, même la quarantaine sonnée, pauvre pomme !) – rendent relativement peu sensibles à ses effets ; nous qui craignons moins pour nous que, par procuration, pour une descendance dont on se dit qu’elle n’aura pas la vie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.