Dossier : Libres paroles de détenus

Anonyme, en maison d’arrêt

« Lorsque je vois Michèle Alliot-Marie et sa loi pénitentiaire, je dois avouer que l’espoir pour que les choses s’améliorent est mince. Il y a une absence criante de vision à long terme. On est dans le coup par coup. Il y a tellement de tranches de saucisson, de segmentations qu’on oublie qu’il faut un porc au départ. C’est vrai que la complexité peut faire peur. Prenez la réinsertion : outre que la prison l’annule, que les services prévus ne peuvent fonctionner, que le manque de moyens est aveuglant,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.