La colère des dieux

Ce monde sait parfois témoigner de sensibilité et de compassion. Surtout à l’égard de ceux qu’il vénère et qu’il craint. Tout au long du dernier week-end, une expression revenait dans tous les discours, et les mêmes mots ponctuaient les commentaires d’économistes et autres experts mobilisés pour nous expliquer la crise : « Il faut rassurer les marchés ! » On avait vu au cours de la semaine ce qu’« inquiétude des marchés » voulait dire : moins onze pour cent à Paris, moins six à Francfort, moins sept à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.