Dossier : Cinéma : le spectateur a-t-il le choix ?

« Le plan grec sert d’épouvantail »

Membre fondateur d’Attac Grèce, Athanase Contargyris* conteste l’adoption du plan d’austérité remanié par l’Union européenne. Il explique ici pourquoi ses dispositions aggraveront les inégalités.

POLITIS : Que pensez-vous des récentes annonces autour de la stabilité financière ? Athanase Contargyris : Elles reconnaissent la nécessité de juguler la spéculation financière contre l’euro et les dettes souveraines des États, et on ne peut que se réjouir de voir les gouvernements européens prendre des mesures pour dissuader les spéculateurs de déstabiliser des gouvernements et des pays, comme ils l’ont fait avec la Grèce. Cela aurait dû être fait bien avant. On ne peut qu’espérer que ce ne soit pas trop…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.