Sciences éco sans conscience

Le projet de réforme du programme de sciences économiques et sociales au lycée suscite un tollé des enseignants, qui dénoncent une approche abstraite, d’inspiration néolibérale et dépourvue de réflexion critique.

Exit les conflits sociaux, les inégalités, la crise financière et les rapports de classe… C’est à quelques exceptions près ce que suggère le projet de programme concocté par un groupe d’experts dans le cadre de la réforme de l’enseignement des sciences économiques et sociales (SES) en classe de première. Cette réforme lycéenne soumise à consultation par le ministère de l’Éducation nationale jusqu’au 16 juin a provoqué une levée de boucliers. Les enseignants, les associations de chercheurs et enseignants,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.