Comment la finance a dépecé Accor

Le groupe Accor s’est scindé le 29 juin : hôtellerie d’un côté, services de l'autre. Une opération juteuse pour les actionnaires, mais défavorable aux salariés.

Les syndicalistes CGT d’Accor parlent d’un « véritable démantèlement » de leur groupe depuis que la scission de celui-ci a été votée par les actionnaires, le 29 juin. Ce fleuron du CAC 40, premier groupe hôtelier européen, avec plus de 4 000 hôtels dans le monde et plus de 150 000 salariés, a décidé de se « recentrer sur son cœur d’activités » et surtout de satisfaire les exigences d’un capitalisme financier roi. « Ce n’est pas pour le bien de l’entreprise que le groupe est divisé en deux, mais seulement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.