Les petits profits de l’État

Au moment où la xénophobie d’État s’abat sur les sans-papiers, les étrangers en situation régulière ne sont pas oubliés par les pouvoirs publics. Un décret passé en juin dernier alourdit les taxes sur les cartes de séjour. Pour la régularisation au titre de la vie privée et familiale, qui concerne 80 000 personnes chaque année, la taxe passe de 300 à 340 euros. Pour les 500 000 personnes soumises au renouvellement annuel ou à la délivrance de duplicata des cartes de séjour temporaire, le tarif bondit de 70…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.