Au-dessus du volcan capitaliste

« Nous étions des êtres vivants », de Nathalie Kuperman, est un roman choral sur une entreprise qui se disloque.

Le monde du travail est une ­jungle. Tout le monde le sait, tout le monde le vit. Nathalie Kuperman le met en scène. Ses personnages s’expriment à tour de rôle dans Nous étions des êtres vivants , roman choral sur une entreprise de presse pour enfants en pleine restructuration. Roman d’une crise qui se tient en trois temps : menace, dérèglement et trahison. Chaque partie se faisant le théâtre d’un séjour éclair dans la tête de chacun. Nathalie Kuperman passe de l’individu au collectif puis d’un personnage…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.