Un calendrier de choc

Lors de ses vœux, Nicolas Sarkozy a présenté ses chantiers pour 2011. Le social est en première ligne.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Nicolas Sarkozy a prévenu : il ne peut se « payer le luxe d’une année d’immobilisme préélectoral » . Après les retraites, les universités, la justice, etc., la liste des chantiers sociaux prévus en 2011 est donc dense. Le premier d’entre eux, autour de la dépendance, est une promesse de campagne. La réforme est destinée à assurer une meilleure prise en charge des personnes âgées (près de 12 millions de plus de 75 ans en 2060, selon l’Insee), mais elle est aussi l’objet d’une intense bataille menée par les compagnies d’assurance favorables à un système assurantiel très inégalitaire. Une vaste concertation est annoncée pour le premier semestre, avant des arbitrages qui devraient être rendus cet été et des mesures financières dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2012.

Autre chantier d’importance, la réforme des retraites complémentaires est attentivement surveillée par le gouvernement, même s’il n’y a autour de la table des négociations que les partenaires sociaux (patronat et syndicats de salariés) gestionnaires des organismes complémentaires. Là encore, les organisations patronales poussent à une adaptation du système favorisant le développement de la retraite par capitalisation.

D’autres rendez-vous seront suivis de près par le gouvernement. L’actuelle convention d’assurance chômage signée en 2009 par la seule CFDT expire fin mars : les négociations pour une nouvelle convention vont débuter fin janvier. Une réforme de la médecine du travail est attendue dans un nouveau projet de loi, mais Xavier Bertrand, ministre des Affaires sociales, n’en a pas encore fixé le calendrier. Enfin, la Fonction publique ne sera pas en reste : une négociation doit débuter dans quelques jours pour examiner le sort des fonctionnaires précaires, soit quelque 850 000 salariés (16 % de l’emploi public en 2008). Mais Georges Tron, secrétaire d’État à la Fonction publique, a minimisé l’importance de la précarité et récusé tout « plan de titularisation » .


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.