Le leurre de la vidéoprévention

Lors de son show télévisé sur TF 1, le chef de l’État vantait encore les mérites des caméras de surveillance pour prévenir la délinquance. À entendre certains maires, pressés par les ministres de l’Intérieur successifs et les préfets-VRP de faire grimper le nombre de caméras installées dans l’espace public, la « vidéoprotection » serait l’arme miracle pour assurer la sécurité et la tranquillité des braves gens. Avec elles, la police pourrait intervenir avant même que le délit ne soit commis, les voyous…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.