Dossier : Des vérités cachées

Fukushima, le pire est à venir

La catastrophe vient d’être classée au niveau 7 de gravité, alors qu’elle se poursuit encore. Les rejets radioactifs ne seront pas maîtrisés avant 2012, et il faudra dix à vingt ans pour tout nettoyer.

Il faudra des mois, voire des années, avant d’établir les conséquences sanitaires et environnementales de la catastrophe de Fukushima. Après avoir longtemps minoré sa gravité, les autorités japonaises viennent de la classer au niveau 7 de l’échelle internationale des événements nucléaires (Ines), dont seule Tchernobyl avait le « privilège ». Ce qui pourrait, paradoxalement, contribuer à une politique de communication visant à minorer les conséquences de la perte de contrôle de la centrale et à rassurer la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.