Orelsan : « Là où ça fait mal ! »

Deux ans après la polémique autour du clip « Sale Pute »,
le rappeur sort un album
plus mûr, sombre mais plein
de vigueur. Rencontre.

Dans un café, non loin de la gare du Nord, Orelsan est en discussion avec un journaliste d’un magazine de jeux vidéo et mangas. Une de ses passions… D’où le suffixe japonisant « San » (« monsieur ») derrière le diminutif Orel (pour Aurélien Cotentin). Il se lève, jean, baskets, pull sombre aux coutures jaunes. Pas frime, le regard sérieux et mélancolique, un accent qui traîne dans les graves, Orelsan, 29 ans, est prudent depuis la polémique « Sale Pute » qui l’a rendu célèbre en 2009. Lors de la sortie de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.