Toujours plus pauvres

Deux organismes publics s’inquiètent des freins aux politiques de lutte contre la pauvreté.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Rien ne va plus dans la politique gouvernementale de lutte contre la pauvreté. « Les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes » , reconnaît le député UMP Étienne Pinte, qui préside le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE). Cet organisme et l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES), présidé par Jérôme Vignon, ancien conseiller de Jacques Delors, ont planché sur l’objectif de baisse d’un tiers du taux de pauvreté en 2012, promis par Nicolas Sarkozy en 2007. Ils ont exprimé « leur inquiétude sur les difficultés à atteindre l’objectif » et réclament une hausse de 25 % du RSA ainsi qu’un nouveau plan de cohésion sociale.

« Sans négliger le poids de la crise, on peut néanmoins considérer que celle-ci a plutôt aggravé des situations de vulnérabilité préexistantes, notamment du fait du marché du travail et des systèmes redistributifs » , constate l’ONPES. En clair, les groupes les plus pauvres se sont appauvris, et l’on assiste à une « hausse continue des inégalités de revenus » .

Selon l’Insee, la France métropolitaine comptait 8,2 millions de personnes vivant avec moins de 954 euros par mois en 2009, contre 7,8 millions en 2008. Conclusion : les politiques actuelles ne permettront pas de réduire d’un tiers la pauvreté.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.