« Des ponts entre Blancs et Noirs »

Le compositeur sud-africain Michael Blake, qui tente de relier depuis les années 1970 les musiques africaine et expérimentale, se bat également pour la reconnaissance des musiciens noirs.

En Afrique du Sud, pendant longtemps, la musique « classique » a été érigée en emblème de la supériorité culturelle des Blancs. Quelques compositeurs ont combattu cette idée. Aux premiers rangs de ceux-ci : Michael Blake. En 1997, de retour en Afrique du Sud après avoir vécu vingt ans à Londres, il construit un cadre dans lequel la création musicale sera ouverte à de jeunes musiciens, en particulier noirs : le New Music Indaba (Nouvelles Musiques en dialogue). Il revient ici sur le sens de sa double…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.