Le nouveau centre

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’accord-cadre donnant naissance au Centre national de la musique (CNM) a été signé le 28 janvier par le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. Sur le modèle du Centre national du cinéma, le CNM est destiné à soutenir la création musicale française, en réunissant des ressources déjà existantes et une taxe nouvelle sur les fournisseurs d’accès Internet, qui devrait rapporter 70 à 95 millions d’euros.

Si la création de ce CNM a fait consensus au sein de la filière musicale, plusieurs signataires – Sacem (auteurs, compositeurs, éditeurs), Spedidam (musiciens), Prodiss (spectacle vivant)… – ont souligné que des points de l’accord devaient être précisés concernant la gouvernance et les mécanismes de répartition des aides. En outre, les producteurs de concerts se sont émus que le spectacle vivant ait été exclu du discours du ministre, axé sur le seul disque, aux dépens de cette entité qu’est la filière musicale.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.