Taxe Sarkozy : un rideau de fumée

Avec Nicolas Sarkozy, tout devient possible, même une taxe sur les transactions financières à trois mois de la fin de son mandat. Si la ficelle est grosse, que penser de cette taxe ? De loin, l’ambition semble élevée. Mais quand on y regarde de près, la taxe Sarkozy est à une taxe sur les transactions financières ce que le Big Mac est à la gastronomie. Tout d’abord, une large partie des transactions financières, notamment sur les produits complexes et spéculatifs, sont exemptées alors que ce sont justement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.