Le coup du « coût du travail »

Une étude de l’Insee dément la thèse présidentielle
d’une main-d’œuvre plus chère en France qu’en Allemagne.

L’intox continue sur le coût du travail en France. Devant l’Assemblée nationale, le 21 février, Valérie Pécresse, ministre du Budget, et avec elle la droite, s’appuyait sur une récente étude de l’Insee « sur le coût du travail comparé entre la France et l’Allemagne » pour conforter la thèse de l’impact négatif des 35 heures sur la compétitivité des entreprises françaises. Le Président candidat Nicolas Sarkozy en a fait le cheval de bataille de sa politique industrielle, annonçant même une « fiscalité…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.