Tueur en sérigraphie

Blexbolex publie Crimechien et Hors-Zone  : une plongée au-delà de la parodie, dans un récit explosé.

Blexbolex a tué le trait. Faut dire qu’il est sérigraphe, comme celui qui nous a fait des Marilyn en vrac, avec lèvres jaunes et paupières turquoise. Les aplats, les couleurs, la superposition, ça l’a poussé à bout. Pourquoi diable irait-il mettre un trait autour de ces formes, pourquoi les en emplirait-il ? Elles font sens sans lui. Alors, éliminé, le trait. C’est même devenu une marque de fabrique. Dans la presse, le livre jeunesse ou la bande dessinée, la patte de Blexbolex se reconnaît entre mille ;…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.