Rupture à Belfort

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Une énigme. Catherine Bizern, à la tête depuis 2006 d’EntreVues, le festival international du film de Belfort, découvreur de nombreux cinéastes tels qu’Abdellatif Kechiche, João Pedro Rodrigues ou Tariq Teguia, a vu son CDD non renouvelé par l’association qui gère la manifestation. Quelques jours avant de prendre cette décision, celle-ci avait pourtant dressé un bilan très positif du festival. « “Qui paie décide”. La phrase d’Orson Welles qui l’an dernier ouvrait mon éditorial, écrit Catherine Bizern dans un mail adressé aux professionnels, était semble-t-il prémonitoire. Pourtant, ce fut une surprise d’apprendre que la mairie de Belfort, à qui le festival “appartient”, décidait qu’après l’édition 2012, particulièrement réussie, il était urgent de changer les orientations d’EntreVues, et donc la direction du festival… » Aucune explication pour l’heure n’est donnée du côté des décideurs. Est-ce parce que Catherine Bizern a trop bien réussi sa mission qu’elle en est ainsi remerciée ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.