Dossier : Après l'affaire Cahuzac, des jeunes prennent la parole

ACLefeu : « Ça va être plus difficile de convaincre qu’il faut aller voter »

Huit jeunes de l’association ACLefeu se sont réunis avec Politis pour débattre des conséquences de l’affaire Cahuzac, et de ce qu’attendent les habitants des quartiers de leurs élus. Extrait de la conversation.

Un café corsé ou une infusion, des chaises en rang serré autour d’une longue table désordonnée : la réunion hebdomadaire du collectif ACLefeu commence dans le brouhaha, ce mercredi soir, dans le petit pavillon qu’il occupe à deux pas des « barres » d’immeubles de Clichy-sous-Bois. Comme chaque semaine, une quinzaine de bénévoles sont venus organiser la vie quotidienne de l’association, créée en 2005 en pleine crise des banlieues. Ces militants, jeunes et moins jeunes, résidents des quartiers, se sont donné…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.