Cinéma : Obsession, de De Palma

Brian De Palma rend hommage à Alfred Hitchcock.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Michael Courtland (Cliff Robertson), un riche promoteur immobilier dans la Nouvelle-Orléans de la fin des années 1950, perd sa femme (Geneviève Bujold) et sa fille alors qu’elles ont été prises en otages. Seize ans plus tard, à Florence, toujours pas remis, il rencontre Sandra, qui ressemble étrangement à sa femme. Ils tombent amoureux l’un de l’autre. Mais Sandra est enlevée alors qu’ils allaient se marier, et le cauchemar reprend. Dans Obsession, film de 1976 qui ressort sur les écrans, Brian De Palma rend hommage à Vertigo ( Sueurs froides ) d’Alfred Hitchcock en même temps qu’il en retravaille les motifs : le souvenir, le deuil, l’impossible recommencement… Fascinant.


Obsession , Brian De Palma, 1 h 37.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.