« Wajma », de Barmak Akram : Corps défendant

Dans Wajma , Barmak Akram confronte une jeune fille moderne à l’oppression afghane.

Ils sont jeunes, ils s’aiment. Ils se retrouvent un jour d’hiver serrés contre un poêle. Le plan suivant, ils sont à l’arrière d’un taxi et se murmurent un peu ivres : « On n’aurait pas dû… » Une prise de sang plus tard, la sanction tombe : Wajma est enceinte. Il suffit parfois d’une fois, en Afghanistan comme ailleurs. Sauf qu’en Afghanistan la jeune fille risque la prison pour « fornication avant le mariage ». Et Mustafa, son amant de 25 ans, aurait pu être abattu par le père de Wajma sans que celui-ci…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.