Une révolution inquiète

C’est toute l’histoire de la politique occidentale à l’égard de l’ex-URSS qui se répète. La façade est démocratique, mais à l’arrière-plan, il y a le marché.

Les révoltes s’imposent généralement aux peuples comme une nécessité sociale ou démocratique. Mais on sait aussi, pour paraphraser Aragon, qu’il n’y a pas de révolution heureuse. Les insurrections baignent presque toujours dans le sang, et les lendemains sont chaotiques. L’actualité des pays arabes nous le rappelle chaque jour. L’Égypte rebascule dans la dictature militaire, et la Syrie continue de crouler sous les bombes d’un régime irascible et cruel. D’une façon ou d’une autre, l’Ukraine n’échappera pas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.