Droit : Larcenet ferme son blog

Motif : la condition posée par lui-même – « ne pas copier les images pour aller les mettre ailleurs » – n’a pas été entendue par les internautes.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Jusqu’à très récemment, Manu Larcenet postait sur son blog des images inédites, « des crayonnés, des essais, des photos ». Mais l’auteur de la série en bande dessinée le Combat ordinaire a décidé de le fermer. Motif : la condition posée par lui-même –  « ne pas copier les images pour aller les mettre ailleurs »  – n’a pas été entendue par les internautes. Ceux qui se sont livrés aux emprunts et aux détournements de ses images « pensent sans doute qu’elles n’ont pas de valeur, écrit-il pour justifier sa décision, qu’on peut les détourner, les maltraiter, qu’on peut en faire ce que bon nous semble. C’est oublier que chaque image affichée ici est un bout de mon chemin. […] Cette propension du moment à penser que tout est à disposition, que tout est à tous, sans réserves, sans distinction, sans précautions, me rend taré. Mes images me sont précieuses. C’est du travail et de l’émotion. » Davantage qu’un problème de rémunération, c’est bien la question du droit moral que soulève Manu Larcenet, et son non-respect sur Internet. La Toile est pourtant soumise au code de la propriété intellectuelle, qui impose l’autorisation de l’auteur ou un lien qui renvoie vers le site intégrant le contenu pour toute réutilisation d’une reproduction.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.