Baal, poète punk

Volker Schlöndorff a adapté en 1969 la pièce de Brecht, avec Fassbinder dans le rôle-titre. Fascinant.

«Si l’histoire est compréhensible, c’est qu’elle a été mal racontée. » La citation n’est pas de Jean-Luc Godard mais de Bertolt Brecht, dans Baal, la première pièce qu’il a écrite, à 20 ans. On la retrouve dans l’adaptation qu’en a faite au cinéma Volker Schlöndorff, en 1969. L’histoire n’y est en effet pas la chose la plus limpide, mais la manière de la raconter est foudroyante. C’est, par exemple, le choix d’un acteur phénoménal, une bête sauvage : Rainer Werner Fassbinder. Volker Schlöndorff raconte…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.