Dossier : Athènes, capitale de la gauche

Entre l’espoir et la stratégie du chaos

Juste avant ces législatives à haut risque, tous les coups sont permis. Correspondance à Athènes, Angélique Kourounis.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Les uns, les conservateurs, jouent sur la peur du chaos et de l’exclusion de la zone euro ; les autres, l’opposition de gauche, sur l’espoir d’une dignité retrouvée ; entre les deux, les socialistes du Pasok luttent pour leur survie politique. Pour ces derniers, officiellement, l’enjeu est d’arriver troisièmes dans la course, alors que, dans les faits, il n’est pas dit qu’ils atteignent les 3 % nécessaires pour entrer au Parlement. D’autant que l’ancien patron du Pasok, l’ex-Premier ministre socialiste George Papandreou junior, a fondé son propre parti, l’Alliance des démocrates progressistes. Il s’agit pour lui d’un va-tout politique qui pourrait marquer son retour sur la scène autant que d’une opération peau de banane à l’égard de l’actuel président du Pasok et vice-Premier ministre du gouvernement, Evangelos Vénizélos, qui a activement contribué à sa mise à l’écart des affaires. Au pays de Médée, il n’est jamais trop tard pour se venger. La victoire de Syriza ne fait de doute pour personne, pas même pour les conservateurs, qui traînent la patte dans cette campagne qui ressemble fort à une mise à mort du système politique grec comme on l’a connu jusqu’à présent. Pas d’affiches ni même de slogans sur les murs. Pas de tracts ni de grands rassemblements. Pas de mégaphones qui hurlent les lendemains qui chantent. Juste des discussions dans les cafés, les centres culturels ou, çà et là, des petits kiosques et des stands politiques.

Celui des conservateurs fait face au Parlement sur la prestigieuse place Syntagma. Impossible de le louper, sauf qu’il est pratiquement vide, de jour comme de nuit. Plus loin, celui de Syriza est immense. De mémoire d’Athénien, on n’en a jamais vu d’aussi grand. C’est le stand d’un parti sûr de sa victoire. « Qui l’aurait cru ? », demande Olga, retraitée de 72 ans qui distribue fièrement les listes des candidats sur le stand. Effectivement, personne n’aurait pu imaginer, il y a à peine quatre ans, les deux hautes tours en toile montrant Alexis Tsipras souriant, le poing levé, en plein centre d’Athènes. Mais le candidat a beau sourire, s’il n’a pas la majorité absolue, il aura beaucoup de mal à maintenir le cap. Autant dire que deux questions dominent les conversations : « Aura-t-il les 35 % à 39 % de voix nécessaires à cette majorité absolue ? » et, dans le cas contraire, « avec qui pourra-il former une coalition ? ». En l’état actuel du panel politique, comme le parti communiste a d’ores et déjà annoncé qu’il ne gouvernerait avec personne, seul le Parti des Grecs indépendants, un petit parti de droite nationaliste anti-austérité, pourrait épauler Syriza, à supposer qu’il entre au Parlement, ce qui est loin d’être acquis. À moins que le dernier-né de cette crise politique, le parti de George Papandreou, ne crée la surprise, entre au Parlement et sauve Tsipras. Au pays d’Aristophane, tout est possible.

Puis vient une autre question. Aube dorée sera-t-elle ou pas troisième parti du pays ? Le Parti de la rivière (To Potami), créé par un journaliste vedette du petit écran, lui dispute cette place. Dans les sondages, Aube dorée et To Potami sont au coude-à-coude pour cette troisième place, mais, pour le professeur de sciences politiques George Sotiropoulos, de l’université d’Athènes, il ne fait aucun doute qu’Aube dorée l’emportera. « Dans les sondages, explique-t-il, son pourcentage est déjà important, or beaucoup de gens interrogés n’osent pas dire qu’ils votent Aube dorée. Je crains le pire. » Il peut. Si cette prophétie funeste se réalise et que ni le parti arrivé en tête ni le second n’arrivent à former un gouvernement de coalition, alors, comme le prévoit la Constitution, c’est au troisième parti de tenter sa chance. Aube dorée pourrait ainsi, malgré l’enquête judiciaire dont elle fait l’objet, malgré la majorité de ses cadres et députés en prison, être priée de former un gouvernement. D’ailleurs, sept des huit députés néonazis actuellement en prison remettent leur mandat en jeu. Aube dorée n’a certes aucune chance de réussir, mais, durant trois jours, elle serait à la tête du pays. « Quelle honte !, se lamente Georges Sotiropoulos, je ne veux pas voir ça. » On voudrait croire que personne ne le veut, mais à y regarder de plus près… Adonis Georgiadis, ancien ministre de la Santé, conservateur, a déclaré « qu’il ferait tout pour ne pas laisser son pays dans les mains de Syriza ». Il a même appelé « les Grecs à prendre les armes ». Il y a quelques mois déjà, il déclarait « préférer voir son fils dans les jeunesses d’Aube dorée plutôt que dans celles du Syriza ». Une partie du clergé le soutient et appelle dans les catéchèses de quartier à ne pas voter pour Alexis Tsipras, « qui n’est pas marié et n’a même pas fait baptiser ses enfants ».


Photo : AFP PHOTO/ LOUISA GOULIAMAKI

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.